Évaluation des parisiens après la première journée de la coupe du monde

Les premières rencontres de la phase de poules du mondial se sont achevées hier en fin d’après-midi. Rappelons que quatorze parisiens ont été sélectionnés par leur nation, neuf d’entre eux ont joué pour un bilan très mitigé. Petite évaluation, sous forme de conseil de classe, des représentants rouge et bleu dans cette première partie de coupe du monde.

Félicitations : Néant
Sur les quatorze joueurs du Paris Saint-Germain présents lors de ce mondial, aucun d’entre eux n’a brillé dans ses premiers matches. Si certains leaders n’ont pas été au rendez-vous, d’autres qui doivent se montrer en cette période de mercato n’ont pas non plus convaincu.

Compliments : Edinson Cavani

Il est le premier parisien à avoir foulé les pelouses russes et celui qui a réalisé le match le plus satisfaisant. S’il n’est pas impliqué dans le seul but uruguayen inscrit face à l’Égypte (1-0), ce dernier n’a pas démérité. Disponible, combatif et remuant sur la pointe de l’attaque (comme à son habitude), de nombreux supporters parisiens ont eu l’agréable surprise de découvrir une facette technique et altruiste chez le numéro neuf parisien. Le matador qui va disputer son second match cet après-midi face à l’Iran (17h00) aura l’occasion de marquer son premier but dans la compétition.

Encouragements : Thiago Silva

Comme souvent, Thiago Silva a réussi son entrée dans la compétition. Solide en défense, les attaquants suisses n’ont jamais réussi à le déborder. “O Monstro” est redevenu un des piliers de la Seleçao, à l’image de sa prise de parole avant la rencontre pour encourager le groupe. Il n’est pas responsable de l’égalisation helvète et était même tout proche d’inscrire le but de la victoire pour les siens (1-1).
Des efforts à poursuivre !

Moyen : Gregorz Krychowiak, Thomas Meunier

Thomas Meunier a réalisé une prestation correcte dans la victoire belge face au Panama (3-0). Placé un peu plus haut qu’à son habitude, celui qui dispute sa première coupe du monde semblait perdu dans son couloir droit. Ses centres ont manqué de précision mais il s’est montré très disponible pour ses coéquipiers.
Le polonais Gregorz Krychowiak a lui fait un match inégal face au Sénégal (2-1). Fautif sur le deuxième but “des lions”, il a ramené l’espoir aux siens grâce à sa réalisation à dix minutes de la fin de la rencontre. S’il a pu se montrer lent dans ses prises de décisions, son jeu long et ses interceptions ont fait du bien à ses coéquipiers.
Mention spéciale, puisqu’il est l’unique buteur parisien dans ce début de mondial.

Insuffisant : Neymar Jr, Gonçalo Guedes, Kylian Mbappé, Julian Draxler

Il était très attendu par tous ! Absent en compétition officielle depuis le 25 février dernier face à l’OM (3-0) Neymar Jr a fait son retour avec la Seleçao face à la Suisse (1-1). Altruiste, technique, rapide, les vingt premières minutes du brésilien ont été de très bonne facture. Mais au fil du match il s’est éteint, moins collectif et trop court physiquement il a voulu endosser le costume de sauveur, en vain. Précisons qu’il a été le joueur qui a subi le plus de fautes dans une phase finale de coupe du monde depuis… 1998 (10 fautes) ! 
Sur le départ, Gonçalo Guedes est la plus grosse valeur marchande du Paris Saint-Germain. Mais le portugais a déçu et n’a pas brillé dans ce choc du groupe B face à l’Espagne (2-1), au grand désarroi de ses dirigeants et des supporters parisiens. Maladroit balle au pied, il s’est montré peu inspiré sur deux situations en contre attaque. Il est toutefois passeur décisif sur le deuxième but inscrit par Cristiano Ronaldo.
Lors du succès étriqué des bleus face à l’Australie (2-1), Kylian Mbappé n’a clairement pas eu le même rendement habituel. Soliste et trop souvent esseulé, il n’a pas réussi à créer des différences dans la défense australienne. Il est attendu au tournant lors de la prochaine rencontre face au Pérou ce jeudi.
La plus grosse surprise de ces premiers matchs reste la défaite de l’Allemagne face au Mexique (1-0). Devenu un des leaders de la nationalmannschaft, Julian Draxler n’a pas pesé dans le collectif allemand et a été inexistant offensivement comme défensivement.
Un match à oublier pour l’ancien joueur de Wolfsburg.

Avertissement : Angel Di Maria
LA plus grosse déception parisienne
de ce début de mondial. Angel Di Maria a tout raté face à l’Islande (1-1) et n’a pas été à la hauteur de l’événement. Rappelons qu’il était l’un des principaux artisans de l’épopée argentine, finaliste de la dernière édition en 2014.
Il doit se ressaisir avant la rencontre de demain face à la Croatie, déterminante pour la qualification.

Non noté : Presnel Kimpembe, Alphonse Areola, Marquinhos, Kevin Trapp et Giovani Lo Celso

À propos Jonathan Bensadoun

x

Check Also

Ferland Mendy : “Kimpembe ? Je suis très content de le retrouver chez les Bleus”

Ferland Mendy a débuté sa préformation au PSG mais une blessure à la hanche, l’écarte ...