Marquinhos

Marquinhos : “Ce sera drôle d’affronter des joueurs qu’on a l’habitude de côtoyer au quotidien !”

C’est le quatrième jour de la Coupe du Monde de football et deux des grands favoris de la compétition font leur entrée. L’Allemagne de Julian Draxler et Kevin Trapp rencontre le Mexique à 17h00 dans le groupe F et à 21h00 le Brésil rencontre la Suisse.
Parmi le large contingent parisien au sein de la Seleçao, Marquinhos ne démarrera pas cette rencontre. Le jeune défenseur central a été interviewé pour le site du FigaroSport24 à quelques heures de cette confrontation. Il expose les ambitions de son équipe nationale et la concurrence à distance avec ses coéquipiers au Paris Saint-Germain pour remporter le titre mondial.

La coupe du monde et le PSG :
Sa relation avec les autres internationaux parisiens :
Ça chambre un peu . Surtout lors du tirage au sort. C’était juste après l’entraînement, on était tous dans la salle pour y assister. Ce sont de bons moments. Mêmes si nous sommes coéquipiers en club, que nous sommes toujours ensemble tout au long de la saison, ce sera un peu drôle d’affronter des joueurs qu’on a l’habitude de côtoyer au quotidien. Mais c’est ça le foot, la Coupe du monde, de jouer en sélection. 

Les plus chambreurs au PSG :
Ça dépend des moments. On a joué récemment contre l’Allemagne, et on a gagné (1-0). On a un peu chambré les Allemands. On est France, donc on rigole avec les kinés, les préparateurs et les joueurs, Kylian (Mbappe), Adrien (Rabiot), Kimpembe… Mais ça montre aussi la qualité de notre effectif au PSG : beaucoup d’entre nous pouvaient être sélectionnés pour la Coupe du monde 

La concurrence :
Les équipes les plus dangereuses :
Il y a les champions du monde en titre allemands, l’Espagne, la France et la Belgique a une belle génération aussi. En Amérique du Sud, on a affronté de belles équipes aussi, comme l’Argentine, l’Uruguay d’Edinson Cavani et une belle génération en Colombie. Ce sera une belle Coupe du monde. Le niveau est vraiment très relevé.

L’équipe de France :
Quand je suis en sélection, avec le décalage horaire, ce n’est pas toujours évident de suivre les matches. Mais je les ai quand même un peu vus, j’ai vu quelques matches et certains de mes coéquipiers briller. Comme je suis ici en France, j’entends beaucoup parler des Bleus évidemment. Ils jouent bien, c’est une belle génération. Il suffit de regarder la liste… Il y a beaucoup de qualité pour faire de belles choses.

 

Le Brésil :
Sa première coupe du monde :
C’est un rêve d’enfance ! Jouer une Coupe du monde… Pas juste la jouer, essayer de faire notre maximum pour la gagner. Au Brésil, il y a une grande culture du football. Dès 5 ou 6 ans, beaucoup d’enfants pensent déjà à jouer au football, regarde les matches à la télévision, suivent la Seleçao et voient leurs idoles jouer. Du coup, ils veulent aller loin dans le football. Pour moi, ça a été comme ça. C’est un rêve qui se réalise.

L’ambition de remporter la coupe du monde :
Oui, mais on sait que c’est difficile. Beaucoup d’autres équipes ont les qualités pour l’emporter, le mental, qui défendent bien et qui jouent bien ensemble. Ce n’est pas facile. Le niveau est relevé au Mondial ! On y voit toujours de bons matches… Ce sera magnifique, que du bonheur, que du plaisir. Le Brésil, la France, l’Espagne, l’Allemagne, par leur histoire, ont une certaine responsabilité.

Les forces et faiblesses du Brésil :
On a vraiment une force collective. Il y a eu beaucoup de changements de joueurs, le coach a fait beaucoup de tests, mais le niveau, le jeu offensif et la cohésion défensive n’ont pas baissé. On a donné de bonnes réponses lors de ces tests. Les faiblesses ? Je ne sais pas, je ne vois pas. Mais même si je trouvais, je ne le dirais pas maintenant. 

À propos Jonathan Bensadoun

x

Check Also

Duga

Dugarry revient sur les propos de Mbappé concernant l’argent dans le football

Il y a quelques jours, Kylian Mbappé avait indiqué, dans une interview accordée à la ...