BlogCS – le PSG et Michel Denisot

Chaque jour d’ici la fin août, Loïc vous propose de vous replonger dans l’Histoire du PSG. Aujourd’hui avec Michel Denisot.

Le contexte

En 1986, Bernard Tapie, alors au sommet de son art, en tant que repreneur d’entreprises, débarque à Marseille sous l’influence de la femme du maire marseillais de l’époque, Edmonde Charles-Roux. En quelques années, le club olympien retrouve des couleurs et remporte le championnat en 1989, en 90 et en 91 avec des Boli, Cantona, Di Méco, Waddle ou Abedi Pelé. Le PSG pour sa part a bien du mal. La présidence de Francis Borelli semble en fin de cycle, malgré trois titres pendant ses treize ans de présidence : deux coupes de France en 1982 et 1983 et un premier titre de champion en 1986 sous l’impulsion de Fernandez, Rocheteau et Susic. Qu’importe, ces temps sont révolus et en 1991, le PSG se traîne dans le ventre mou de la Première Division. Parallèlement, Canal Plus, chaîne créée en 1984 se développe petit à petit. Malgré de bons débuts avec des émissions phares comme le Top 50, Coluche 1 Faux, Surtout l’Après-midi et l’arrivée de stars comme Christophe Dechavane, PPDA ou Alain Chabat, il manque des abonnés à la chaîne pour pouvoir très bien vivre. Mais sous l’impulsion d’Alain de Greef et Pierre Lescure, la chaîne trouve son identité. Le 19 décembre 1989, Canal Plus peut se targuer d’avoir plus de 3 millions d’abonnés et dégage un bénéfice de 774 millions de francs (118 millions d’euros) pour un chiffre d’affaires de 5,3 milliards de francs (808 millions d’euros). La chaîne est lancée et pleine d’argent !

Qui est-il ?

DenisotMichel Denisot est né dans le Berry, qu’il va quitter après des études de journalisme et un métier de pigiste. A 27 ans, en 1972, il arrive sur la première chaîne de l’ORTF (qui deviendra ensuite TF1) comme « grouillot » soit homme à tout faire. Mais sa véritable passion,c’est le football. En 1977, il intègre, après avoir co-présenté le 13h00, l’équipe des sports de TF1 et commente ainsi les matches au côté de Thierry Rolland. Il commentera ainsi le premier match du Paris Saint-Germain diffusé à la télévision : la finale de la Coupe de France le 15 mai 1982 contre l’AS Saint-Etienne. En 1984, il rejoint donc Canal Plus avec des émissions comme 7/9, Zénith ou Mon Zénith à Moi et continue à commenter des matchs avec Charles Biétry. Canal Plus diffuse alors les matchs du championnat et paye un sacré pactole pour pouvoir diffuser la Première Division. Après son passage au PSG, il prend les rôles du Grand Journal puis de Vanity Fair. Un homme important du paysage audiovisuel français !

Quel est son rôle ?

Au début des années 1990, le Parc des Princes ne se remplit pas, il y a en moyenne 15.000 spectateurs dans un stade qui monte au delà des 45.000 places. L’OM marche sur la Ligue 1, le championnat n’a plus grand intérêt. Et on s’en bien côté marseillais qu’il faut un autre club fort pour relancer le championnat. Les historiques qu’ont été Saint Etienne et Bordeaux peinent et l’AS Monaco ne suscite pas assez d’intérêt. Le problème est bien réel et préoccupe également le diffuseur Canal + qui a tout intérêt à ce que le championnat soit vivant et intéressant à suivre. Canal + reprend donc le club et c’est naturellement que Michel Denisot, après avoir dirigé La Berrichone de Chateauroux entre 1989 et 1991, et surtout grand amateur de football, devient président du club. Il va participer à la conquête de huit titres (un championnat de France, une Coupe européenne et six Coupes nationales) et va surtout placer le PSG sur la carte européenne avec de sacrés matchs contre le Bayern, le Barça ou le Real. Finalement, la rivalité Marseille-Paris sera exacerbée. Paris, la centralisatrice élitiste, et Marseille, la rebelle populaire. Canal + et Tapie joueront sur les antagonismes.

Loïc > Les billets précédents

À propos Blogueur Parisien

x

Check Also

Thilo Kehrer

Kehrer : “Je me suis beaucoup amélioré au cours des derniers matchs et je souhaite poursuivre sur cette lancée”

Arrivé cet été au Paris Saint-Germain, Thilo Kehrer est désormais appelé régulièrement avec la Mannschaft. À ...