Bazin

BlogCS – le PSG et Sébastien Bazin

Chaque jour d’ici la fin août, Loïc vous propose de vous replonger dans l’Histoire du PSG. Aujourd’hui avec Sébastien Bazin.

Le contexte

Colony Capital a repris le Paris Saint-Germain en juillet 2006. Depuis le début des années 2000, le Paris Saint-Germain a beaucoup plus de mal à obtenir des résultats probants en France et également en Europe. En fait, depuis le départ de Rai et celui de Michel Denisot en 1998, Paris n’accroche plus grand-chose : quelques coupes par-ci par-là mais pas de grands matchs européens à se mettre sous la dent ni de titre de champion de France, promis à l’Olympique Lyonnais en cette période. Pourtant en cette fin d’année 2006, le Paris Saint-Germain va un petit peu mieux. Surtout parce qu’il vient de battre son plus grand rival en finale de Coupe de France (on reviendra d’ailleurs sur ce match dès la semaine prochaine). L’entraineur de l’époque s’appelle Guy Lacombe, qui a remplacé Laurent Fournier en cours de saison et les stars sont Pauleta, Dhorasoo et Kalou. Le PSG finit la saison à une prometteuse 9eme place et on se dit qu’avec le trio d’investisseurs qui arrive : les fonds d’investissement américain (Colony Capital), français (Butler Capital Partners) et une banque américaine (Morgan Stanley), le renouveau est peut-être enfin là.

Qui sont-ils ?

Sous cette ère (2006 à 2011), pas moins de cinq présidents se sont succèdés : Alain Cayzac, Simon Tahar, Charles Villeneuve, Sébastien Bazin et Robin Leproux. Présentons dans un premier temps l’entreprise Colony Capital puis on reviendra sur un de ces cinq hommes : Sébastien Bazin, quatrième président de l’ère CC. Colony Capital, Morgan Stanley et Bulter rachètent le PSG à parts égales en 2006. Mais en 2008, c’est bien Colony Capital qui rachète une très grosse partie du capital de Butler pour obtenir jusqu’à 62,5% des parts du PSG. Le 30 juin 2009, Colony Capital reprend les parts de Morgan Stanley. La société américaine, fondée en 1991, et qui officie principalement dans le domaine immobilier et dans des opérations de co-entreprises, détient alors 100% du club. Et quelques mois plus tard, Sébastien Bazin devient président du club. L’homme d’affaires fait partie des actionnaires du club et n’a aucune connaissance particulière du football. Il a rejoint CC en 1997 et a participé au développement de la marque en Europe et principalement dans le domaine de hôtellerie. Il quitte CC en 2013. Il est depuis PDG du groupe Accor qui n’a, à nouveau, aucun rapport avec le football. Une preuve de plus, si nécessaire était, que Colony Capital s’est beaucoup trompé lors de son passage au PSG.

Quel est leur rôle ?

Pourquoi sont-ils venus investir au PSG plus spécifiquement ? Pour répondre à cette question, il faut se replacer dans le contexte propre à Colony Capital. La marque souhaite se développer en Europe et plus particulièrement en France. L’objectif est donc de se rapprocher de certains marchés et l’ambition est clairement immobilière : outre la modernisation du Parc des Princes, la société américaine de capital-risque s’intéresse à la rénovation de la piscine Molitor à deux pas de l’enceinte de football. La société est également candidate à l’exploitation future du stade de football du Mans, la MMArena, et à l’extension du Stade-Vélodrome de Marseille, avec, à la clef, un vaste programme immobilier chiffré à 150 millions d’euros. Le problème c’est que les résultats sportifs ne suivent pas, la société ne gagne rien financièrement et ne gagne pas non plus les marchés qu’elle était venu chercher. Un échec de A à Z.

Loïc > Les billets précédents

À propos Blogueur Parisien

x

Check Also

L1

Tribune CS – Les résultats de la soirée de Ligue 1

Après le match nul de l’AS Monaco face au Nîmes Olympique (1-1) hier soir, et ...