La ministre des Sports prête à discuter sur l’utilisation des fumigènes au stade

C’est un sujet qui n’arrête pas de faire débat dans le monde du supportérisme. L‘utilisation d’engins pyrotechniques, et plus précisément des fumigènes, sont de plus en plus fréquents dans les stades de football et causent de grosses sanctions aux clubs. Le Paris Saint-Germain fait partie des équipes les plus touchées en Ligue 1, avec un certain nombre de huis-clos partiels ou encore d’importantes amendes à son actif. 

Face à ce problème, les hautes autorités ont décidé d’agir. En effet le député LREM de la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis, Stéphane Testé, avait interpellé le ministère des Sports sur le sujet, en juillet dernier, alors que Laura Flessel était encore à ce poste.
L’élu avait fait la demande, par question écrite, de mener une expérimentation sur l’utilisation des fumigènes sans chaleur dans quelques stades de L1 et L2. Développés dans les pays Scandinaves, la torche ont pour particularité de ne pas émettre autant de chaleur que les engins traditionnelles. De plus ils dégagent moins de fumée.

La réponse à cette demande n’a été rendue que cette semaine, et elle ouvre la voie à un dialogue entre les supporters et les autorités :

“La loi n°2016-564 du 10 mai 2016 relative au renforcement du dialogue avec les supporters et au renforcement de la lutte contre le hooliganisme a créé l’instance nationale du supportérisme, qui a pour objet de contribuer à la mise en place d’un véritable dialogue entre les supporters et les autres acteurs du sport. (…) Il a été décidé lors de l’assemblée plénère du 9 avril 2018 que l’instance se saisisse courant 2018-2019 de cette question.”

C’est un vent d’espoir qui souffle donc pour les plus fervents supporters, adeptes de ces spectacles pyrotechniques en tribune.

À propos Jonathan Bensadoun

x

Check Also

Le PSG renouvelle son partenariat avec Hugo Boss

Depuis 2014, la marque Hugo Boss habille les joueurs du Paris Saint-Germain. Et ce partenariat ...