Vilotte

Vilotte : “Cela peut se passer sur Internet, sur des sites non géo-bloqués”

Environ cinq millions d’euros pariés sur une défaite de l’Etoile Rouge contre le PSG – avec cinq buts d’écart – pour recevoir une dizaine de millions, tel aurait été le stratagème d’un dirigeant du club de Belgrade, avec des complices serbes, dont des joueurs. C’est du moins ce qu’un informateur a confié à l’UEFA. D’où l’enquête préliminaire lancée en France depuis le 30 septembre. Sans preuves pour l’instant. Pas même en terme de monitoring. “Aucune anomalie n’a été détectée sur le marché français des paris, ni dans les pays partenaires du groupe de Copenhague (ndlr : 22 pays en majorité européens) ni via le Global Lottery Monitoring System (GLMS, réseau de loteries)”, a déclaré l’Autorité française de régulation des jeux en ligne (ARJEL) à l’AFP. Si paris truqués il y a eu sur ce match, c’est donc ailleurs.

Jean-François Vilotte, avocat associé chez de Gaulle Fleurance & Associés, est l’ancien président (2009-2014) de l’ARJEL. Il explique la méthode possible de pari au Parisien“Il existe encore bon nombre de pays qui ne régulent pas l’activité des opérateurs de paris. En Chine, à Hong Kong, les jeux d’argent et les paris sont interdits mais de fait, il y a une activité florissante. Un pays comme Malte, na pas mis en place de système de régulation. Il y a des zones de grande libéralité, comme le Delaware aux Etats-Unis. Comment parier autant ? Cela se passe sur Internet, sur des sites non géo-bloqués. Vous répartissez les paris entre plusieurs opérateurs de sorte d’être le moins visible possible. Des réseaux criminels s’organisent pour répartir les mises.”

À propos Redaction

x

Check Also

Bitton

Bitton : “17 matches en huit semaines, c’est énorme !”

En cette saison post-Mondial, le PSG risque de se retrouver avec un calendrier démentiel du ...