PSG 29 novembre 2018

Revue de presse PSG : Liverpool, Tuchel, Neymar, Marquinhos, notes, qualifié à Belgrade si…

Vu et lu au sujet du PSG ce jeudi 29 novembre 2018 dans la presse hexagonale.

“Intouchable en Ligue 1, fragile sur le plan européen. Confortable leader du championnat, le PSG attendait de pied ferme ce rendez-vous face à Liverpool. Parce que la Ligue des Champions est l’objectif numéro un des propriétaires qataris. Parce que jamais depuis leur rachat, la qualification en 8es de finale n’avait été aussi hypothétique. Beaucoup moins depuis hier soir et le succès face aux Reds (2-1). Car ce PSG annoncé en danger a bien négocié ce premier virage de la saison. Le tout sous pression. Mais poussé par un Parc des Princes des grands soirs. Et un Neymar de feu, juge l’AFP. Et s’il leur faudra encore au moins un nul à Belgrade* le 11 décembre prochain pour assurer sa qualification en 8es de finale, voilà les Parisiens franchement rassurés.”

“Le PSG aura son destin entre ses mains à Belgrade. Tout n’a pas été parfait. Mais le PSG peut avoir la banane, commente Le Figaro. Avec ce succès, le PSG a plus que jamais son destin entre ses mains avant la 6e et dernière journée de la phase de poules. Vainqueurs face à l’Étoile Rouge (3-1), les Napolitains (9 points) mènent la danse devant Paris (8), Liverpool (6) et Belgrade (4). En clair, les joueurs de Tuchel seront sûrs d’être qualifiés pour les 8es de finale de la C1 avec une victoire en Serbie le 11 décembre prochain, quel que soit le résultat de Liverpool-Naples. Un nul pourrait même suffire mais il faudra sortir les calculettes* en cas de victoire des Reds.”

“Le PSG a montré plusieurs visages, tantôt conquérant, tantôt hésitant, sûr de son fait par séquences, pas toujours très serein à d’autres moments, mais il ne retiendra à l’arrivée que ces sourires, au coup de sifflet final, qui en disaient long sur ce qu’il venait d’accomplir et sur le soulagement à tous les étages du club, écrit L’EquipePour contrer les Anglais, Tuchel n’avait pas mis en place un schéma de jeu mais plusieurs. Un 4-4-2 sur les phases défensives, une sorte de 3-3-4 à la récupération dans la moitié de terrain parisienne. D’une certaine manière, cette victoire est celle de Tuchel, qui a pris de vrais risques. C’est aussi celle de Neymar. […] Dans un rôle hybride exigeant sur lequel reposait la stratégie de Tuchel, Marquinhos a vécu une soirée intense. Exténué, vidé, les mains sur les genoux, perclus de crampes. Alors que le Parc des Princes hurlait son bonheur, le Brésilien peinait à marcher. […] Un Parc a été à la hauteur. Les supporters parisiens ont joué leur rôle en donnant de la voix tout au long du match.”

Les notes de L’Equipe : Buffon 6 / Kherer 6 / Silva 8 / Kimpembe 7 / Bernat 7 / Marquinhos 6 / Verratti 7 / Di Maria 5 / Cavani 4 / Mbappé 5 / Neymar 8

Les notes du Parisien : Buffon 6 / Kherer 7 / Silva 8 / Kimpembe 7 / Bernat 7.5 / Marquinhos 6.5 / Verratti 7.5 / Di Maria 4 / Cavani 4 / Mbappé 6 / Neymar 8

“Toujours vivant, toujours debout. Cette fois-ci, le PSG a eu (presque) tout bon dans un grand match européen et maintient intactes ses chances de qualification, lit-on dans Le ParisienCe joli scénario reste évidemment conditionné à un succès  à Belgrade. Ce n’est pas le moment de tout gâcher pour Paris, qui depuis le début de la compétition passe par tous les sentiments. Parfois, il s’est demandé comment c’était la Ligue Europa. Ce matin, il s’imagine un printemps européen. En battant difficilement Liverpool, le PSG a renvoyé nos vieux débats au placard. C’est en équipe, avec des attitudes collectives, des efforts et de la solidarité, que Paris a construit sa victoire. Dans un contexte tumultueux depuis des semaines avec des déceptions sportives s’ajoutant à des révélations nauséabondes (fichage ethnique), cette victoire méritée replace le PSG au cœur de sa raison d’être : une machine à rêves. Le PSG doit être convaincu qu’il a le bon technicien et le bon groupe pour réaliser de grandes choses en Ligue des champions.”

*Le PSG sera qualifié si…
– S’il bat l’Étoile Rouge et/ou
– Si Liverpool ne bat pas Naples et/ou
– S’il fait nul et Liverpool bat Naples 1-0, 2-1, 3-2 ou par au moins deux buts d’écart.

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée