ferveur

La ferveur parisienne valorise aussi la Champions League de l’UEFA

Mardi soir, à Old Trafford, le parcage parisien, fort de 3700 supporters, a porté les joueurs vers la victoire (0-2) en les encourageant sans cesse. Un 12e homme qui a contribué au spectacle, et on imagine qu’aux quatre coins du monde cette ferveur a été appréciée par les amateurs de football (ceux qui n’était pas en faveur des Red Devils, cela va de soi). Car oui, les chants, les encouragements, les couleurs, la ferveur font partie intégrante du football et de sa spécificité, sportivement parlant. S’il n’est pas question de justifier une quelconque casse, d’accepter des dégradations, et encore moins des gestes qui pourraient blesser autrui, le football n’y aurait-il pas perdu sans les supporters du PSG à Old Trafford ?

On peut pense que oui. Ce match aurait été moins intense sans les fans parisiens. Le “théâtre des rêves” a bien ressemblé à une enceinte de football mardi soir grâce aux Parisiens. Avec la chair de poule que l’ambiance conjuguée au match doit provoquer. Oui, le football c’est une alchimie. Elle devient magique quand une électricité passe entre le terrain et les gradins. L’UEFA, qui vend cher sa Champions League, est quelque part une entreprise de spectacle. Les chants parisiens à Old Trafford ont valorisé ce que l’UEFA vend comme un produit.

“Fumigènes allumés, sièges lancés, fauteuils cassés… Le rapport rendu à l’UEFA à propos des débordements des supporters parisiens à Manchester fait état de nombreuses dégradations dans le stade et n’incite pas à l’optimisme pour le PSG, explique lequipe.fr cet après-midi. Après Manchester il risque d’être sanctionné pour le quart de finale de la Ligue des champions à l’extérieur en cas de qualification. Depuis mardi, c’est bien parti pour.”

Penser ainsi, c’est certainement passer à côté de l’essentiel. Old Trafford a été plus beau grâce à le ferveur “Rouge et Bleu” parce qu’il y a eu du partage entre joueurs et public. L’UEFA y perdrait sans les fans du PSG en cas de quart de finale de Champions League même s’ils ne sont pas totalement disciplinés. Reste maintenant aux ultras d’intégrer autant que possible qu’il se faut d’être irréprochables afin de ne pas donner le bâton pour se faire battre médiatiquement, et par les instances. C’est aussi une manière de défendre ses couleurs. 

Mais quoi qu’il en soit, un quart de finale de Champions League sans la ferveur parisienne aurait (en cas de qualification) moins de gueule…

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters