Créit photo : OL.fr

Moussa Dembélé : “Quand j’étais tout petit, je voulais jouer au PSG”

Le PSG se déplace sur la pelouse de Lyon demain soir (21h) pour le choc de la 23e journée de Ligue 1. Un match spécial pour Moussa Dembélé, formé au PSG. Sur le site internet de l’OL, il a évoqué ses retrouvailles.

Un rêve de jouer au PSG quand il était jeune ?

J’ai commencé à jouer au foot quand il y avait encore Ronaldinho à Paris… forcément, ça me faisait rêver. Mais je me suis vite fais à l’idée que, peu importe si c’est au PSG ou ailleurs, l’important c’est de devenir un footballeur professionnel et de faire la carrière dont on rêve. Mais oui, quand j’étais tout petit, je voulais jouer au PSG. Avec l’âge et la maturité, j’ai su voir les choses et je me suis forgé un caractère qui fait que j’en suis ici aujourd’hui.”

Son choix de quitter le PSG

Je suis parti parce que le club prenait une nouvelle dimension avec l’arrivée des Qataris. C’était compliqué pour les jeunes. Le PSG voulait me garder mais je n’avais pas l’assurance d’avoir la chance d’évoluer en équipe première. C’est pour cela que je suis parti à Fulham, qui possédait à l’époque la meilleure académie d’Angleterre. J’ai fait ce choix avec ma famille et mes agents et ça a été payant.

Les retrouvailles avec le PSG en Ligue des Champions avec le Celtic

“Je les aie bien vécues pendant deux minutes (ndlr Dembélé a ouvert le score dès la première minute avant que le PSG n’inverse la tendance et ne s’impose 7-1). C’était la première fois que je jouais au Parc des Princes, moi, l’enfant de Paris. Il y avait toute ma famille, tous mes amis dans les tribunes. C’était une sorte de fierté et de soulagement pour eux mais, de mon côté, j’étais concentré sur mon match. Je n’ai pas vraiment réalisé. C’est un souvenir mitigé

Le match aller et le 5-0 pour le PSG

Ce n’était pas facile à vivre vu du banc, c’est sûr. C’est vrai qu’on peut parler de sentiment « mitigé » car ça a été très serré pendant près d’une heure puis le match nous file entre les doigts en l’espace de dix-douze minutes. On va retenir la défaite mais c’était un bon match dans l’ensemble, si l’on regarde le contenu. Personnellement, c’est sûr que j’aurais préféré le jouer. C’est normal mais le coach fait ses choix et on les respecte sans avoir d’état d’âme. Il faut tout donner sur le terrain quand on en a l’opportunité. La chance viendra ensuite, c’est certain.

Le match de demain

Ah oui, c’est sûr ! J’ai toujours envie de jouer mais le boss c’est le coach et c’est lui qui décide, qui fait l’équipe. J’accepte ses choix. Si je suis titulaire, je donnerais tout sur le terrain d’entrée de jeu et, si je suis sur le banc, je ferais pareil lors de mon entrée en jeu. Il faut toujours se tenir prêt, on ne sait jamais quand on peut avoir besoin de nous et il faut répondre présent lors de ces moments-là car ils ne se présentent peut-être pas deux fois.

Les deux belles attaques des deux équipes

Oui, les deux meilleurs groupes et les deux meilleures attaques du championnat. Donc les deux meilleurs clubs, tout simplement.” 

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée