Meunier : “Avec la direction, les discussions traînent un peu mais vu que rien n’a bougé jusqu’ici, le message m’a l’air assez clair”

Blessé à plusieurs reprises depuis le début de l’année 2019, Thomas Meunier vit peut-être ses dernières semaines au Paris Saint-Germain. Sous contrat avec le club de la capitale jusqu’en juin 2020, le latéral parisien s’est prononcé sur son avenir au média belge, L’Avenir. Dans cet entretien, le joueur de 27 ans évoque également sa saison compliquée au PSG ainsi que sa relation avec les supporters.

Sa saison compliquée au PSG

C’est vrai, j’ai vécu une saison en dents de scie, mais un titre reste un titre et j’en suis très heureux. Vous savez, même si je n’ai pris part qu’à quatre ou cinq matches en 2019, mes stats, offensives et défensives, sont parmi les meilleures au sein de l’arrière-garde parisienne. Avec celles de Bernat. L’an passé, même si j’avais moins joué qu’au cours de ma première saison en France, j’avais le sentiment d’avoir progressé. Ici, c’est pareil (…) Relégué sur le banc ? J’ai mes explications, mais je n’ai pas envie de m’étendre là-dessus. Il faut relativiser. Il y en a qui vivent des saisons bien plus compliquées. Il me reste un an de contrat ici, à quoi cela me servirait-il de faire des histoires? J’ai moins presté en match, mais je continue à me donner à fond à l’entraînement.

Son avenir au PSG

Avec la direction, les discussions traînent un peu. Je peux comprendre, vu les échéances de l’équipe, que mon cas personnel ait été mis au frigo, mais vu que rien n’a bougé jusqu’ici, le message m’a l’air assez clair. Ça m’embêterait un peu que ça se termine comme ça, sans avoir eu l’occasion de finir en beauté.

Sa relation compliquée avec les supporters parisiens

Dans le stade, je ne ressens pas cette haine. Mais voilà, il y a une nouvelle génération de supporters, plus anonymes, qui préfèrent s’exprimer sur les réseaux sociaux et cela prend parfois des proportions assez graves. Les plus anciens, eux, continuent de m’encourager. Sur les réseaux sociaux, certains supporters pensent que le club leur appartient. À la limite, ils s’en octroient les mérites et pensent que si vous signez dans leur club favori, vous devez détester les autres. J’ai une autre façon de voir les choses: je respecte mon contrat, je suis prêt à me donner à 1000%, mais cela ne m’empêche pas d’aimer d’autres équipes et le foot en général. Couper mon compte Twitter? Ma compagne me l’a déjà conseillé, mais je suis d’avis que cela fait partie du job. Surtout dans un club du calibre du PSG.

À propos Murvin Armoogum