Tuchel : “On n’a pas le droit d’avoir cette attitude quand on porte le maillot du PSG”

Le PSG a concédé sa deuxième défaite d’affilée ce soir contre Nantes (3-2). En conférence de presse, Thomas Tuchel a expliqué que son équipe avait très mal joué.

On a très mal joué et Nantes a mérité de gagner. Nous sommes heureux de ne pas perdre 4-1 ou 5-1. C’est un match facile à analyser. C’était un très mauvais match de notre part. La défaite est méritée. On n’a pas fait une bonne performance aujourd’hui. Aujourd’hui, sur les 90 minutes, il n’y a pas eu de performance de notre part. Ce n’est pas possible de gagner dans ce cas. On va toujours défendre les joueurs si on a l’impression de jouer avec les mêmes qualités, et si on joue en équipe, mais aujourd’hui ce n’est pas possible de les défendre. Nous avons neuf joueurs au Camp des Loges qui s’entraînent, on a vu la conséquence pour nous. Je ne sais pas s’ils vont revenir dimanche (les blessés, ndlr) […]On n’a pas le droit d’avoir cette attitude quand on porte le maillot du PSG. Je suis inquiet pour la finale de la Coupe de France.

La situation est très difficile. Si on joue pour le PSG, on doit avoir la mentalité chaque jour et à chaque match. C’est absolument nécessaire de montrer cette motivation intérieure. C’est un grand défi. On va rester calme. L’équipe doit accepter que ce fût une mauvaise performance“, explique Thomas Tuchel.

Le coach allemand est enfin revenu sur son choix de se passer de Kylian Mbappé.

La non-convocation de Mbappé, c’est ma décision. Il y a des raisons, c’est une décision entre moi et le joueur. Ce n’est pas une sanction. Je ne peux pas répondre à chaque interprétation. C’était une décision avec le joueur. Pas de science-fiction s’il vous plaît.”

Au micro de Canal +, le coach parisien a d’ailleurs tenu à “demander pardon” pour cette performance avant de poursuivre sur la possibilité de devenir champion dimanche contre Monaco, au Parc des Princes. “On attend d’être sacré champion depuis trois matches mais nous ne sommes pas capables de le faire, on doit l’avouer. Je ne peux pas avoir confiance, savoir si ça va changer en trois jours. Je suis inquiet pour la finale de la Coupe de France.

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée