Tuchel

Tuchel : “Si c’est un crise avec 17 points d’avance, je la prends chaque saison”

En match en retard de la 28e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain se déplace sur la pelouse du FC Nantes, ce mercredi (19h). En cas de victoire, les Parisiens pourront enfin valider leur titre de champion de France. Avant cette rencontre, Thomas Tuchel était en conférence de presse. Morceaux choisis.

Groupe

On va jouer sans Marquinhos, Neymar, Edi Cavani, Thiago Silva, Meunier, Ángel Di María, Marco Verratti. Ce n’est pas notre effectif pour le quart de finale de Ligue des champions, ce sont nos blessés.

Positif de rejouer vite après Lille ?

Je ne sais pas. C’est une situation compliquée avec beaucoup de joueurs blessés. Nous sommes fatigués, la situation ne change pas au contraire. On a encore des blessés. Ce n’est pas facile mais j’aime jouer. Je préfère jouer que faire l’entraînement, les joueurs aussi. On va trouver une solution pour demain et combattre Nantes. C’est une bonne équipe, les supporters sont émotionnels. C’est notre job de trouver une solution, on sera prêts demain.

En colère après toutes les blessures ?

Je ne suis pas en colère. On travaille dur ensemble. Tous les médecins et les kinés, nous sommes ensemble. On doit réfléchir pour chaque blessure, c’est une situation dure mais pas de colère. On doit analyser les blessures individuellement. C’est un point de dire la réalité que nous manquons de joueurs. Si beaucoup de joueurs manquent, on doit prendre la responsabilité pour un petit groupe de joueurs, c’est différent. C’est exigeant, ils sont fatigués mentalement et physiquement. Ça n’arrête pas… Maintenant, on avait la chance de gagner ou de faire match nul à Lille mais avec deux joueurs qui sortent sur blessure et un carton rouge, c’était trop. Ce que fait l’équipe depuis quelques semaines, dans ces conditions, c’est extra.

Période la plus difficile au PSG ?

On doit confirmer ce titre très vite. C’est notre objectif. Nous sommes confiants, on est capables d’être champion. On a une finale à jouer. Je ne sais pas si c’est la situation la plus difficile, il y a toujours des obstacles. Même avec des bons résultats, il y a toujours des choses à régler pour rester sur le bon chemin. Ce n’est pas facile, on a perdu un match mais il y a des raisons qui expliquent cette défaite.

Changer les principes de jeu à cause des blessures ?

Honnêtement, on a discuté de ce sujet avant Lille. On joue contre une équipe dangereuse en contre-attaque. On a essayé d’appliquer notre style de jeu, c’est le plus difficile en football. Contrôler les attaques de Lille, c’est très difficile. On manque de joueurs clés, on a discuté de ça mais j’ai dit au groupe : “on essaye la même chose, c’est notre style. Ce n’est pas le moment de changer notre style”. C’est un grand défi pour certains joueurs mais c’est le moment, on a confiance. On est contents des 60 premières minutes à Lille. Jouer défensif, ce n’est pas nous. J’ai confiance en mes joueurs.

Mercato et Neymar

Je sais exactement les postes et le profil de joueurs dont on a besoin. On discute pour signer des joueurs. Neymar est avec nous, il se sent bien, il n’a pas de douleurs. Il travaille dur avec nous. J’ai l’impression qu’il est très confiant, il veut retrouver les terrains très vite.

La crise, une nouvelle facette qu’il découvre du du PSG ?

Si c’est une crise avec 17 points d’avance, je prends la même crise chaque saison. On est ensemble, c’est absolument normal après une défaite. Personne n’a eu la possibilité d’écrire des mauvaises choses parce qu’on gagnait mais tout le monde a attendu la défaite, c’est normal. On doit accepter, rester calme et ensemble. On doit rester clair sur l’analyse de ce match. Je ne pense pas que ce soit une crise, mais une période difficile. C’est toujours difficile de continuer à gagner. Je sais comment on peut créer la performance, c’est ce qui permet de gagner chaque semaine mais avec un groupe aussi restreint c’est compliqué. Ce n’est pas la bonne atmosphère pour s’améliorer, il manque trop de joueurs. On doit accepter. Dans une saison avec des résultats positifs, il y a aussi des semaines compliquées. Ce n’est pas une surprise, c’est le cas depuis l’été dernier.

Rabiot de retour dans le groupe ?

Non, c’est impossible. Mais on va faire le déplacement avec des jeunes joueurs, du National 2. On a beaucoup de jeunes à l’entraînement. On a estimé que deux jeunes méritent de venir avec nous, on a trouvé d’autres joueurs.

À propos Antoine Grasland

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée