crédit photo : Foot Mercato

Albert Baning revient sur son passage au PSG

Albert Baning a rejoint le PSG à l’été 2006, mais n’a joué que 5 matches avec le club de la capitale. Durant sa période parisienne (2006-2010), il a enchaîné les prêts (Sedan, Grenoble, Strasbourg) avant de définitivement partir pour le Maccabi Tel-Aviv. Dans une interview accordée à Foot Mercato, Baning est revenu sur son passage au PSG.

Mon arrivée au PSG, bon, on va dire que c’était un PSG qui ne gagnait pas. C’était un PSG qui doutait. Ce n’était pas facile d’arriver à ce moment-là. Quand ça gagne, c’est plus facile de s’intégrer. Pas beaucoup de matches avec le PSG ? Je pense qu’on ne m’a pas donné l’opportunité de faire deux, trois ou quatre matches. Chaque fois que j’ai joué, je n’ai pas été si mauvais que cela. Il faut faire des matches pour être bon, pour gagner en confiance. À d’autres on l’a donné. Bon, ce n’est pas un regret en tant que tel. Après je suis parti en prêt et ça s’est bien passé. On m’a donné la chance de jouer et de rester au haut niveau.

Albert Baning a ensuite évoqué les circonstances de son arrivée au PSG. “J’ai fait six bons mois en Suisse avec le FC Aarau. Durant une moitié de saison, j’ai joué presque tous les matches. J’ai dû faire 17 matches, marqué trois buts. Je venais de la Chine et je réussissais directement en Suisse. Je pense que ça a pu attirer certains clubs comme le PSG.

Il a ensuite conclu en expliquant que pour lui, son passage au PSG n’était pas un échec.

Oh je ne considère pas ça comme un échec. Un échec c’est quand vous jouez tout le temps et qu’on ne vous trouve pas bon. Les gens n’ont pas eu confiance de me faire jouer, mais je ne parlerais pas d’échec. Il y a eu des prêts, j’ai joué. Et là où j’ai joué, on n’a pas parlé d’échec. On me dit “Paris ça a été un échec”, je dis “non”. Si j’avais joué et que je n’avais pas été bon, j’aurais dit oui. C’est comme ça que je vois les choses.

À propos Guillaume De Freitas