Riolo

Daniel Riolo pointe du doigt l’attitude des jeunes au PSG

Demi-finaliste de Ligue des Champions et champion des Pays-Bas avec une équipe jeune et majoritairement composée de joueurs issus du centre de formation, l’Ajax Amsterdam a éclaboussé toute l’Europe de son talent cette saison. Grâce à une politique sportive basée sur la formation, l’Ajax a su concurrencer les plus grosses écuries européennes avec un budget pourtant bien moins important. L’émission l‘After Foot a évoqué le sujet ce mercredi soir en se demandant si un tel modèle pouvait être reproduit en France, ce à quoi Daniel Riolo, journaliste pour RMC, ne croit pas du tout.

Dans le sport de haut niveau, si tu n’as pas des bases qui sont le respect de l’autorité et la rigueur, tu ne pourras pas y arriver commence le journaliste. Il estime que les jeunes issus du centre de formation parisien n’ont pas la bonne attitude, qu’ils ne sont pas assez respectueux et rigoureux. “Si tu te renseignes sur ce qui se passe dans le vestiaire du PSG et sur les réactions qu’ont eu certains joueurs, ils étaient effarés de voir l’attitude de certains jeunes ! Déjà à l’époque d’Ibra, on savait également qu’il avait été effaré par l’attitude de certains jeunes et la façon dont ils avaient été formés et éduqués a-t-il déclaré.

Daniel Riolo dresse ensuite un constat plus large et remet en question la formation des jeunes en France. Selon lui, le problème vient de la mentalité de ces jeunes qui ne se soumettent pas à l’autorité ni à l’institution. L’extraction sociale de nos joueurs n’aide pas et le rapport à l’autorité que l’on a dans certains quartiers de notre société fait l’on impose pas une institution forte comme elle existe dans d’autres pays. On arrive à la conclusion que quand nos joueurs quittent les clubs français, ils se comportent très bien. Sauf que quand ils sont dans nos clubs ce n’est pas le cas” explique-t-il. Ainsi, la mentalité de ces jeunes formés en France aurait un impact négatif sur le PSG d’après Riolo qui estime que Quand il n’y avait aucun Français dans l’équipe du PSG , ça se passait certainement mieux que maintenant où il y a des clans, de l’individualisme et de la non-inscription dans le projet collectif.”

À propos Lucas Picco

Un commentaire

  1. j’aime grave le PSG et je rigole souvent des vous commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée