Kimpembe : “Le fait de jouer à trois développe d’autres qualités et pour l’équipe, c’est tout aussi bien”

Champion du monde l’été dernier avec l’Équipe de France, Presnel Kimpembe (23 ans) a connu une saison mitigée. Si le défenseur central a participé à 24 matches de Ligue 1, il a eu du mal à confirmer tous les espoirs placés en lui. Pour PSG.fr, le joueur formé au club est revenu sur l’année écoulée.

Les 14 matches sans défaites du début de saison

Ce sont des objectifs que chacun se donne de commencer si bien. Après c’est sûr que dès le début de saison, on ne pouvait pas s’attendre à faire 14 victoires de suite. C’est un beau record et on en est tous très fier. On ne sait pas ce qui peut se passer par la suite mais ça nous tenait à cœur d’enchaîner le plus grand nombre de victoires possible. Ça a été chose faite mais bon, on voulait en faire plus plutôt que de s’arrêter à 14. Ça reste compliqué mais on a fait ce qu’on a pu.

Son expulsion face à Lyon (victoire 5-0, 9e journée de Ligue 1)

J’ai ressenti beaucoup de frustration parce que ce n’était pas un geste volontaire. Ce sont des faits de jeu et on voit que sur l’action, Memphis (Depay) m’a fait un petit bloc, c’est ce qui m’a un peu déséquilibré. J’ai taclé du pied droit et c’est quelque chose que je ne sais pas faire, je ne tacle que du pied gauche. Je n’ai pas fait mal à Tanguy (Ndombele) mais on voit sur la vidéo que je l’ai touché au niveau du tibia. Ce n’était pas intentionnel mais c’est ce qui a débloqué le match. Ils ont aussi pris un carton rouge et du coup c’était la folie, ça allait d’un but à l’autre. Il y a eu les quatre buts de Kylian et voilà, le plus important reste, comme je le dis toujours, la victoire.

L’arrivée de Thomas Tuchel et les changements qu’il a apporté

C’était un autre système avec une autre philosophie. Je pense que c’est bien pour la culture, pour apprendre d’autres choses. Moi, j’avais l’habitude de jouer à quatre. Le fait de jouer à trois développe d’autres qualités et pour l’équipe, c’est tout aussi bien. Il faut aussi savoir s’adapter, ça met un peu de temps. Il faut du travail mais c’est bien d’apprendre autre chose.

À propos Antoine Grasland