PSG 19 septembre 2019

Revue de presse PSG : Real, Di Maria, Gueye, notes

Vu et lu au sujet du PSG ce jeudi 19 septembre 2019 dans la presse hexagonale, des éloges pour une équipe triomphante dans une ambiance des grands soirs au Parc des Princes.

A la surprise générale, Paris n’a fait qu’une bouchée du Real Madrid pour son entrée en lice, publie l’AFP. A croire qu’il ne veut plus qu’on oublie le «D», à chaque fois qu’est encensée la ligne d’attaque parisienne. En l’absence des membres de la «MCN», Di Maria a une nouvelle rappelé qu’il y avait, au-delà du trident le plus cher de l’histoire, bel et bien «quatre fantastiques» au PSG.

Le Figaro
Le Figaro

“No Neymar, no Mbappé, no Cavani, no problem. Largement diminué, notamment dans le secteur offensif, le PSG a dominé le Real Madrid (3-0), constate Le Figaro. L’effet Ligue des champions a transfiguré l’équipe parisienne, sérieuse, appliquée, agressive à souhait et surtout qui a produit du jeu, des actions offensives de grande classe, des mouvements inspirés. […] Di Maria, la lumière lui va si bien. Deux buts, des gestes de grande classe et une activité de tous les instants. Prodigieux. Le PSG a pu compter sur un habituel second rôle. Qui rappelle à quel point il aime aussi, le temps d’une soirée, passer de l’ombre à la lumière.”

L'Equipe
L’Equipe

“C’est un peu plus qu’une victoire. C’est une leçon que le PSG a donnée, un message qu’il a envoyé à l’Europe et une fête qu’il a offerte à son Parc des Princes, tout étourdi par autant de flamboyance. Il faut croire que la lumière de la Ligue des champions change ces Parisiens qui ont bien du mal à s’emballer pour la L1 depuis un mois. Ce qu’ils ont offert en ouverture de cette compétition, devant l’un de ses favoris, donne déjà envie de les revoir dans un peu moins de deux semaines, face à Galatasaray, commente L’Equipe. Il faut reconnaître que Di Maria mériterait d’être un peu plus souvent associé aux éloges que reçoit la MCN d’ordinaire et que Gueye est une vraie bonne pioche au milieu. […] Di Maria est souvent décisif et affiche depuis trois saisons des statistiques exceptionnelles : 19 buts et 17 passes décisives lors du dernier exercice, 21 et 12 en 2017-2018 et 14 et 15 en 2016-2017. Une régularité au haut niveau digne des plus grands. […] Irrésistible dans le pressing, précieux à la construction, toujours juste techniquement comme dans le travail de compensation, Idrissa Gueye a livré un récital, hier. […] Mais il faut bien l’admettre : avec Paris, l’automne européen fait souvent naître les ambitions les plus folles que l’hiver engloutit ensuite. Si Tuchel parvient à conserver cet équilibre qu’ont garanti hier Marquinhos, Verratti et Gueye, tout en ajoutant Neymar, Mbappé voire Cavani, sans sortir Di Maria, cette équipe peut devenir terrible. Malgré tout, Paris ne pourra pas jouer à douze. Heureusement pour ses adversaires d’ailleurs.”

Les notes de L’Equipe : Navas, 5. Meunier, 6. Thiago Silva, 7. Kimpembe, 6. Bernat, 8. Marquinhos, 7. Verratti, 7. Gueye, 8. Sarabia, 6. Di Maria, 9. Icardi, 6.

Les notes du Parisien : Navas, 6. Meunier, 6. Thiago Silva, 7. Kimpembe, 6,5. Bernat, 7,5. Marquinhos, 7,5. Verratti, 7. Gueye, 8. Sarabia, 6. Di Maria, 8,5. Icardi, 6.

Le Parisien

Le PSG “entame avec passion cette nouvelle campagne de Ligue des champions. Et s’il était enfin guéri de son élimination face à Manchester United en mars dernier ? demande Le Parisien. C’est le visage que l’on attendait depuis une éternité, au moins depuis le 6 mars. Tout est revenu d’un coup, un soir où Neymar, Mbappé et Cavani étaient empêchés, suspendu ou blessés : la lumière, l’intensité, une forme de fureur, la fièvre du milieu de semaine quand l’Europe danse autour d’un feu de jeu. Tout cela forme un esprit qui a habité les hommes de Tuchel. […] Les coups d’un soir sont des coups pour rien ou d’épée dans l’eau. Il faut maintenant garder ça, ce caractère d’équipe, cette moelle. […] La performance du PSG a redonné espoir au peuple parisien, sous les yeux de l’émir du Qatar, et de David Beckham.”

Laissons Zinedine Zidane conclure cette revue de presse : “Ils ont été meilleurs en tout, ils nous ont dépassés en tout. Ce qui m’a dérangé, c’est l’intensité. A ce stade de la compétition, c’est compliqué si on ne met pas d’intensité. Au milieu, ils ont été nettement supérieurs.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters