Bastia / PSG : Les notes

Pour ce premier match de championnat de l’année 2015, Laurent Blanc a surpris en laissant Verratti sur le banc. Mais face à une équipe de Bastia qui a opté pour une défense à 5, les Parisiens n’ont pas eu de mal à prendre le dessus en inscrivant rapidement deux buts (9′ et 20′). Le PSG maîtrisait parfaitement la rencontre jusqu’à la réduction du score bastiaise sur pénalty (32′). Les Corses se sont alors montrés plus entreprenants et sont parvenus à égaliser grâce à une tête de Modesto (45′). Et ils ne se sont pas arrêtés là puisque Palmieri a marqué un nouveau but (56′) après la pause. Menés au score, les joueurs de la capitale ont bien tenté d’inverser la tendance mais, sans imagination, ils n’ont jamais réussi à déstabiliser des adversaires survoltés et motivés qui ont même augmenté leur avance au tableau d’affichage en fin de match par l’intermédiaire de Palmieri (90′), auteur de son premier doublé en Ligue 1.

Douchez [usr=3,5] Jamais sollicité pendant la première demi-heure, il s’est ensuite incliné sur un pénalty transformé par Boudebouz en plongeant du mauvais côté. Quelques minutes plus tard, il n’a pas réussi à intervenir sur le second but corse tout comme le suivant qui est venu se loger dans sa lucarne (56′) et il a de nouveau été battu en fin de rencontre. Il n’avait pas encore encaissé de buts cette saison, en voilà quatre d’un coup.

Van der Wiel [usr=3,5] Alors qu’il effectuait une première période correcte, il a maladroitement été coupable d’une main dans sa surface, causant le but bastiais. Ensuite, il a été très fébrile dans ses initiatives.

Thiago Silva [usr=5] Depuis un mois, il semble en bien meilleure forme et il l’a confirmé contre Bastia dans un premier temps. Précis dans ses relances et autoritaire dans ses interventions, il a réalisé une très bonne performance avant d’être rattrapé par l’apathie générale de son équipe. Il a surtout failli en tant que capitaine car il n’a jamais su redonner de l’élan à son équipe lorsqu’elle était en difficulté.

David Luiz [usr=4] Le Brésilien a tout simplement été imbattable dans tous ses duels sauf à la dernière minute de la première période où il a lâché son marquage sur Modesto qui a saisi l’occasion pour égaliser. Après s’être repris au retour des vestiaires, il a fini par craquer et perdre définitivement de son autorité durant les dernières minutes de la partie.

Maxwell [usr=3,5] Souvent au duel avec Bouddebouz, il a contenu ce dernier avec difficulté. Par contre sa responsabilité est engagée sur le deuxième et dernier but. Quant à ses centres, ils ont été mal ajustés.

Cabaye [usr=6] Très vigilant devant sa défense, il a stoppé de nombreuses tentatives corses. Et il ne s’est pas contenté de ce travail défensif puisque ses passes ont souvent trouvé ses attaquants. A la lutte sur un ballon avec Romaric, il s’est blessé aux adducteurs. Hasard ou non, sa sortie (54′) a coïncidé avec le naufrage parisien de la seconde période. D’autant plus que Verratti, son remplaçant, était en petite forme et peu inspiré.

Rabiot [usr=4,5] Il a eu du mal à peser sur les débats en début de match. Finalement, il a réussi à tirer son épingle du jeu en profitant d’une mauvaise sortie de balle de la défense adverse pour marquer le deuxième but parisien (20′). Ce but ne l’a pourtant pas remis sur de bons rails car il a souvent été en difficulté au milieu de terrain.

Pastore [usr=4] Leader technique de l’équipe avec une grande liberté d’action, il n’a pourtant pas réussi à mener efficacement les offensives parisiennes. De la nonchalance est même parfois réapparue dans son jeu alors qu’elle avait totalement disparu cette saison.

Matuidi [usr=5] Étonnement, il a évolué un cran plus haut que Pastore, pratiquement en tant qu’ailier comme contre Montpellier ce lundi. Il s’en est bien sorti en exerçant un pressing de tous les instants mais il n’a clairement pas les qualités techniques pour évoluer à un tel poste. Il a été suppléé par Bahebeck qui s’est montré trop brouillon pour faire la différence.

Lucas [usr=5,5] Ses appels dans le dos de la défense ont fait des dégâts et il n’a pas tardé à en profiter pour ouvrir le score (9′). En revanche, il est rentré dans le rang après la pause en ne parvenant plus à créer des brèches.

Ibrahimovic [usr=4] Le Suédois a servi de point d’appui aux attaques parisiennes. Sans forcer, il n’a pas eu de mal à servir efficacement ses coéquipiers. Cependant, quand le PSG n’arrivait plus à dominer son sujet en seconde période, il a commencé à beaucoup décrocher pour orienter le jeu mais le succès n’a pas été au rendez-vous, loin de là…

À propos Christophe Jox