Bruno Roger-Petit et les “sketchs” de Blanc, Ibra et Motta

Si dans le contenu sportif, Bruno Roger-Petit n’a rien trouvé à redire sur la prestation du Paris Saint-Germain à Saint-Etienne dimanche soir (0-1), le journaliste a remis en cause le comportement de cadres de l’équipe. “on a pu observer quelques signes attestant qu’au PSG les esprits ne baignent pas encore dans la sérénité”, explique-t-il.

“Ainsi a-t-on vu Ibrahimovic se livrer à l’un de ces petits sketchs dont il a le secret. Passablement agacé par le joueur Vert Baysse, Ibra s’est amusé à lui demander de se tourner, de façon à pouvoir lire son nom, inscrit au dos du maillot. L’intention était évidente : ramener le joueur stéphanois à sa dimension juste par rapport à celle d’Ibra. Thiago Motta ne s’est guère montré à son avantage. Entre deux passes imprécises, le milieu italien, après avoir reçu un carton jaune mérité, a pris trente secondes de son temps pour apostropher l’arbitre de la rencontre comme du poisson pourri. On se demande encore pourquoi le joueur du PSG n’a pas récolté le carton rouge que ce comportement de mal élevé méritait. Après ces sketchs, ce fut au tour de Laurent Blanc de nous offrir un brillant aperçu de ses talents de communicant. Au micro de Canal Plus, l’entraineur du PSG s’est montré tout aussi agacé par le journaliste que son son joueur par Baysse. Réponses laconiques. Visage fermé. Sortie contre les journalistes. Et pour finir, refus définitif de répondre à une dernière question au motif que Tallaron en avait déjà posé quatre. Et de tourner les talons, sans aucune formule de politesse. Y a encore du boulot en matière d’apprentissage de la com’ de crise au PSG… Ces anecdotes ont le mérite de nous en dire long sur l’état d’esprit qui règne chez les figures emblématiques du PSG. De tels comportements disent que la sérénité et l’apaisement ne règnent pas au sein de l’équipe parisienne. A quelques semaines du rendez-vous phare de la saison, en Ligue des Champions, contre le Chelsea de Mourinho, on a le droit de juger cela inquiétant.”

Si dans le contenu sportif, Bruno Roger-Petit n'a rien trouvé à redire sur la prestation du Paris Saint-Germain à Saint-Etienne dimanche soir (0-1), le journaliste a remis en cause le comportement de cadres de l'équipe. "on a pu observer quelques signes attestant qu'au PSG les esprits ne baignent pas encore dans la sérénité", explique-t-il. "Ainsi a-t-on vu Ibrahimovic se livrer à l'un de ces petits sketchs dont il a le secret. Passablement agacé par le joueur Vert Baysse, Ibra s'est amusé à lui demander de se tourner, de façon à pouvoir lire son nom, inscrit au dos du maillot. L'intention…

Passage en revue

Notez l'article

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée