#BP : “Formation : Et si on s’inspirait du cas Morata ?” par Mystérion

Nous vous proposons depuis plusieurs semaines d’être un « Blogueur Parisien » (lire ici), Stéphane alias Mystérion propose un nouveau billet.

Comme vous le savez tous, la formation parisienne est plutôt de qualité. Chaque génération depuis 15 ans est meilleure que la précédente. Ce résultat fut le fruit d’un travail de longue haleine, mis en place sous Canal+ avec pour objectif d’avoir 25% de l’effectif pro issu du centre de formation.
Même si cet objectif n’a pas été atteint sur la durée (avec quelques exceptions sous l’ère Colony), on s’aperçoit que la qualité moyenne est en hausse, et que nos titis sont de plus en plus scoutés, épiés, regardés, catalogués, et convoités.

Quand bien même nous sommes passés dans une nouvelle ère, nous sommes nombreux à être plus ou moins attachés à ces joueurs qui ont fait leurs classes sous les ordres des formateurs du club. Mais nous sommes aussi conscients que le PSG ne peut pas donner à tous un contrat, une place, un projet à chaque aspirant.
Nous pouvons signer beaucoup de jeunes et leur donner le contrat tant convoité, mais la plupart ne sont pas dupes : le club ne peut pas tous les faire jouer au plus haut niveau. Un nouvel écrémage, comme à chaque étape de leur parcours, est nécessaire.
Et même après avoir reçu ce précieux contrat, leur futur ne s’inscrit pas nécessairement au club. Il peut passer par un prêt dans un club de L1 ou de L2, histoire de se tester, et de découvrir les exigences du haut niveau. Hélas, l’Article 266 charte pro limite les clubs français à 7 prêts, pas 1 de plus.
Cette règle est peut-être à moduler, modifier et faire évoluer à l’avenir, tant dans le football actuel elle semble limiter et faire du tort au système de formation de nos clubs français. On verra bien ce que fera le successeur de Frédéric Thiriez…

Mais comme cette règle existe, comment faire pour la contourner, si cela est possible de le faire ?
Il m’est venu une idée : et si nous nous inspirions du cas Alvaro Morata ?
Un petit rappel (express) des faits s’impose : formé au Real Madrid, Alvaro fait des bouts de matchs avec son club, mais ne semble pas entrer dans les plans de Don Carlo. Le club reconnaît le potentiel du joueur mais à un doute sur sa capacité de s’imposer au très haut niveau.
Heureusement, la Juventus, toujours si habile, a flairé une bonne affaire, et proposa un transfert pour 20M€ avec une clause de rachat de 30M€. Opération actée avec le résultat que l’on connaît et les convoitises de beaucoup de clubs, dont le Real.

L’idée, ici, serait de s’inspirer de ce transfert, mais à une échelle plus réduite.
Foot fiction : Imaginez que nous proposions un contrat à Ikone (pour l’exemple). Hélas, le quota de joueurs prêtés est atteint et nous avons quelques doutes à son sujet quand à évoluer au plus haut niveau. Mais l’envie de le conserver est forte, et surtout afin d’éviter un nouveau cas Coman…
Nous pourrions le proposer à un coût moindre à un club de L1 pour 500.000 € par exemple, avec une clause de rachat de 3 à 5 M€ pour récompenser le club formateur, au cas où le joueur explose.
Nous pourrions ainsi placer des joueurs à moindre coût et si ces derniers intéressent des équipes prêtes à payer pour les recruter, nous pourrions les rapatrier avant de les céder à un prix plus élevé… ou le conserver pour nos propres desseins (avec tout un système de primes pour le joueur et ses agents).
Cela contournerait certaines règles, sécurisant l’investissement que le club consent en formant un jeune.

Cette pratique, bien que capitalistique, pas forcément politiquement correcte, et qui concerne des êtres humains, est peut être révoltante, je l’admets bien volontiers. Mais elle s’inspire de ce que font les clubs portugais, espagnols et même anglais (City et Chelsea en particulier).
C’est peut être une nouvelle source de financement pour augmenter notre budget. En outre, cela permet de valoriser la formation, qui reste un poste onéreux pour tous les clubs, le PSG y compris.
Surtout, nous pourrions proposer une alternative à nos jeunes joueurs plutôt que de les voir partir avec pertes et fracas sous d’autres cieux, et y réussir, sans que le club puisse sportivement ou financièrement en profiter.

C’est donc un idée à méditer et débattre (mais sereinement).

Mystérion

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée