Gabriel Heinze dresse un bien sombre constat de l’évolution des mentalités chez les footballeurs

Ancien défenseur du PSG (2001-2004), mais aussi de l’OM (2009-2011), Gabriel Heinze s’est reconverti dans le métier d’entraîneur. Après avoir officié à Godoy Cruz, l’ancien rugueux international argentin est désormais à la tête d’Argentinos Juniors, actuel deuxième de Nacional B. Dans un long entretien accordé à La Nacion, Gabriel Heinze a livré un constat sans concession sur son nouveau métier.

« Quand j’ai commencé ma carrière d’entraîneur, je voulais garder une certaine distance, être loin du joueur. Mais j’ai appris que j’avais tort, il faut toujours être plus proche des joueurs, parce qu’ils ont beaucoup de problèmes. L’entraîneur ne doit pas seulement donner des consignes aujourd’hui, il faut endosser beaucoup d’autres responsabilités. Les jeunes ont besoin de toi, ils te demandent des conseils en permanence. Et si le jeune réussit, il apprécie que tu t’occupes de lui et il te demande encore plus de temps. Il y a de tout. Parfois, ils viennent directement demander des conseils et à d’autres moments, tu dois te rendre compte que ça doit venir de toi, qu’ils ont besoin de toi. Beaucoup de joueurs ne savent pas de quoi est fait ce métier. Ils savent qu’ils doivent taper dans un ballon, mais ils ne savent pas qu’à certains moments, ils doivent le faire de telle ou telle façon… Ils ne savent pas que ce métier demande d’autres qualités que de simplement savoir être bon balle au pied : il y a un moment pour tout, mais il faut principalement faire attention, parce qu’une carrière, c’est court… Être bon footballistiquement ne suffit pas, être professionnel, c’est beaucoup plus que ça. »

Des changements de mentalité au sein du monde du football qui semblent déstabiliser Gabriel Heinze, qui ne rejette pas l’éventualité de quitter son poste.

« Il manque beaucoup de choses dans ce club, qui va très mal… mais je ne m’attarderai pas dessus parce que tout le monde le sait déjà. Je cherche à savoir comme lutter contre toutes ces choses. Il y a certaines choses auxquelles je ne trouve pas de réponse et d’autres si. (…) Je veux essayer de tout régler sur mon banc. Mes joueurs me donnent la force pour continuer. Mais je sais aussi que, si tu n’aides plus un joueur à gagner, il n’y a plus de relation de dépendance. Ils n’ont pas les outils pour bien travailler. (…) Je ne vais pas leur rajouter de la pression, ce serait de la folie. Cette expérience me rendra plus fort, à coup sûr… si je choisis de continuer dans cette voie à l’avenir. Pourquoi arrêter ? Parce qu’on ne prend pas de plaisir. Je ne profite pas du tout. Le contexte du football argentin pèse-t-il ? Non… c’est personnel. Ça me regarde. Il y a des gens qui prennent du plaisir dans cette fonction (…). Peut-être que quand je serai plus vieux, je pourrai en profiter davantage. J’aime le football, mais je ne sais pas si je vais pouvoir continuer cette vie longtemps. »

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée