Retour sur… Montpellier / PSG du 14 avril 1995

Demain, Montpellier reçoit le PSG dans un match qui s’annonce d’ores et déjà compliqué pour les hommes de Louis Nicollin. La saison actuelle ressemble d’ailleurs à celle de 1994-1995. Le PSG, tenant du titre, est prédit aux hauteurs du classement tandis que Montpellier est à la peine. Mais, ce soir du 14 avril  1995, ce sont deux équipes changées qui s’affrontent. Montpellier doit faire sans six titulaires habituels et le PSG a fait tourner. Retour sur Montpellier / PSG du 14 avril 1995.

MONTPELLIER H.S.C. – PARIS ST-GERMAIN F.C.  0-3 (0-0)
13 614 spectateurs. Buts : Jean-Philippe Séchet 48′, Pascal Nouma 58′, Raï 76′.
L’équipe du PSG : Bernard Lama – Francis Llacer, Oumar Dieng, Alain Roche, Antoine Kombouaré – José Cobos (Pierre Ducrocq, 73′), Daniel Bravo, Jean-Philippe Séchet, Bernard Allou – Pascal Nouma (Patrick Mboma, 69′), Raï Entraîneur : Luis Fernandez

jean-philippe-sechet

C’est un Montpellier amputé de six titulaires qui accueille ce soir-là le PSG. Un Paris Saint-Germain pas forcément armé au maximum puisque, soutenu par une vingtaine de supporters, Luis Fernandez aligne pour la deuxième fois d’affilée une équipe B. Les débats paraissent d’ailleurs plutôt équilibrés en début de première période. C’est par l’intermédiaire de Fabien Lefèvre que vient, à la 7ème minute, la première occasion. Le Montpelliérain frappe mais n’arrive pas à accrocher le cadre. Cinq minutes plus tard, Bernard Allou déborde côté droit et centre pour Pascal Nouma qui jongle dans la surface avant d’enchaîner d’une reprise de volée du gauche, directement dans les bras de Philippe Flucklinger, le portier héraultais. A peine quatre minutes plus tard, Jérôme Bonnissel sert côté gauche Lefevre qui tire largement au-dessus des cages de Bernard Lama. Quelques instants plus tard, le PSG obtient un corner que tire Jean-Philippe Séchet, rayonnant lors de cette rencontre. Le gardien montpelliérain manque sa sortie et permet ainsi à Raï d’ajuster une tête malheureusement détournée sur la ligne par Bertrand Reuzeau, devenu quelques années plus tard le responsable du centre de formation du PSG et entraîneur de l’équipe réserve. Vingt minutes avant la mi-temps, Thierry Laurey (ancien entraîneur d’Ajaccio et éphémère joueur du PSG) frappe bien son coup-franc mais Bernard Lama, précieux dans les airs, est à la réception. Sur la contre-attaque, Pascal Nouma dévisse complètement sa tête. C’est dix minutes plus tard que le match prendra une allure différente puisque Raï attaque plein axe, dribble l’inexpérimenté Gérald Martin qui attrape le bras du Brésilien, le déséquilibre et fait donc faute à trente mètres des cages montpelliéraines, lui valant en plus un carton rouge. Les Héraultais sont donc réduits à 10 face à une entreprenante équipe B parisienne. L’arbitre siffle la mi-temps, le deux équipes rentrent aux vestiaires sur un score nul et vierge.

nouma

Les hommes de Luis Fernandez reviennent sur le terrain avec l’avantage du nombre et prennent rapidement d’assaut les cages de Flucklinger. Raï voit sa frappe repoussée mais Nouma réceptionne et décale Jean-Philippe Séchet qui ouvre son pied droit et ouvre le score (0-1, 48′). Ce but parisien va totalement assommer les hommes de Loulou Nicollin qui n’existeront plus dans ce match. Dix minutes plus tard, Francis Llacer, batailleur ce soir-là, déborde côté droit et centre pour Pascal Nouma qui, de la tête, double la mise (0-2, 58′). Déjà buteur la semaine précédente face à Nice (défaite 2-3), le remplaçant attitré de Georges Weah se montre efficace. Quelques instants plus tard, la vingtaine de supporters parisiens va voir évoluer un joueur qu’ils aimeront beaucoup quelques années plus tard, le jeune Réunionnais Laurent Robert, qui entre en jeu à la place du Montpelliérain Fabrice Divert. Pascal Nouma a l’occasion de réaliser un doublé mais, seul face au gardien, le natif d’Epinay-sur-Seine manque le cadre. Ce sera là sa dernière occasion puisqu’il sera remplacé par Patrick Mboma. Les joueurs de Michel Mézy n’auront qu’une occasion en seconde période mais Oumar Dieng dégage sur la ligne la tête de Christophe Sanchez. Les Parisiens enfonceront le clou à un quart d’heure du coup de sifflet final puisque Séchet prend le couloir gauche puis adresse un centre à destination de Raï qui trompe Flucklinger et permet au PSG de mener par trois buts (0-3, 76′). L’arbitre sifflera la fin du calvaire des Montpelliérains, tandis que les Parisiens vont saluer les fidèles supporters qui ont fait le déplacement. Un match à l’image de la saison des deux équipes. Le PSG, tenant du titre, finira troisième et réalisera le doublé Coupe de la Ligue – Coupe de France, tandis que Montpellier finira premier non-relégable, à seulement trois points de la Division 2.

rai

Sources : archives paris football / L’Equipe / Le Parisien / Midi Libre

À propos Quentin Polin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée