Retour sur… PSG / LOSC du 11 avril 2006

Demain soir, le PSG affronte le LOSC pour le compte des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Ce sera la seconde fois que le club de la capitale recevra en coupe le club lillois, la grande Première se jouant le 11 avril 2006. Le PSG accueillait au Parc des Princes les Dogues pour le compte des quarts de finale de la Coupe de France. Retour sur PSG / LOSC du 11 avril 2006.

PARIS SAINT-GERMAIN  – L.O.S.C. LILLE MÉTROPOLE 2-1 (1-1)

21 345 spectateurs. Buts : Tavlaridis 30′; Bonaventure Kalou 40′, Pedro Pauleta 57′

L’équipe du PSG : Lionel Letizi – Bernard Mendy, Paulo César, David Rozehnal, Sylvain Armand – Édouard Cissé, Modeste M’Bami – Vikash Dhorasoo, Bonaventure Kalou (Stéphane Pichot, 88′), Fabrice Pancrate – Pedro Pauleta (Carlos Bueno, 90′) Entraîneur : Guy Lacombe

L’équipe du LOSC : Grégory Malicki – Matthieu Chalmé, Efstathios Tavlaridis, Nicolas Plestan, Milijove Vitakic – Yohan Cabaye, Jean-II Makoun, Stephan Lichtsteiner (Peter Odemwingie 70′), Hicham Aboucherouane (Mathieu Bodmer, 79′), Daniel Gygax – Matt Moussilou Entraîneur : Claude Puel

Le PSG ne peut pas compter sur sa saison en championnat pour accéder aux places européennes. Ne lui reste plus que remporter la Coupe de France s’il veut rendre la mariée plus belle. En effet, Canal+ veut vendre le club qui s’apprête donc à passer sous pavillon américain. Confrontés à des Lillois qui se demandent encore ce qu’ils faisaient là, les Parisiens avaient en main toutes les cartes pour accéder au dernier carré de la compétition. Pourtant, ce sont les Nordistes qui ont la première occasion dès la 7ème minute par l’intermédiaire de Jean-II Makoun qui écrase trop sa frappe. Lionel Letizi se charge tranquillement de capter le ballon. Une occasion qui a toutefois le bénéfice pour les Lillois de leur donner confiance face à des Parisiens plutôt apathiques. Yohan Cabaye s’infiltre dans la défense parisienne, poursuivi par Édouard Cissé qui, malheureusement, se heurte à Letizi. Le ballon est de suite récupéré par Efstathios Tavlaridis qui, seul face aux cages, ouvre le score pour les Lillois (0-1, 29′). Le PSG est touché en plein orgueil et prend enfin la pleine mesure de l’événement. Pedro Miguel Pauleta en tête, le club de la capitale se montre bien plus entreprenant. Un peu moins de dix minutes plus tard, Bonaventure Kalou file seul au but, c’est le moment choisi par Tavlaridis pour tacler irrégulièrement l’attaquant ivoirien. L’ambiance devient plus tendue, bien aidée par les supporters parisiens bien au diapason. Paulo Cesar, entraîneur de la Juventude depuis peu, se charge de tirer le coup-franc. Le Brésilien dépose le cuir sur la tête de Cissé qui, sur la ligne de sortie de but, remet de la tête à Kalou. L’attaquant parisien pivote et pousse difficilement, et de la poitrine, le ballon au fond des filets (1-1, 40′). Un but égalisateur intervenu au meilleur des moments pour le PSG, juste avant la mi-temps.

Le retour sur la pelouse offre le même constat puisque les Dogues mènent les débats. Yohan Cabaye tente sa chance mais ne réussit pas à redonner l’avantage aux siens.  Mais c’est sur une contre-attaque que Paris va prendre l’avantage. Bonaventure Kalou lance le contre, léger cafouillage dans la défense, Pauleta récupère le cuir, se décale côté droit et enroule lucarne droite (2-1, 57′). La spéciale. Claude Puel décide alors de remplacer son milieu droit Lichtsteiner par Peter Odemwingie à la 70ème minute. Le LOSC continue d’attaquer mais le PSG n’abdique pas. Pedro Pauleta tente le doublé mais sa frappe est bien stoppée par Grégory Malicki à la 74ème minute. Tentative également vaine de la part d’Edouard Cissé cinq minutes plus tard. Mathieu Bodmer entre en jeu à la place d’Hicham Aboucherouane.Le nouvel entrant Odemwingie tente une tête qui vient heurter la barre transversale. Il n’y aura plus d’occasions et le PSG file en demi-finale d’une Coupe de France qu’il remportera 2-1 face à l’OM, après avoir éliminé sur le même score le FC Nantes en demi-finale.

Réactions :

Guy Lacombe :
«Qui n’aurait pas eu de crainte face à une telle équipe ? Lille a un bloc difficile à manœuvrer, qui harcèle constamment. C’est toujours très difficile. Le but que nous mettons, l’égalisation nous font beaucoup de bien. Ensuite, il faut une patte de Pedro (NDLR : Pauleta) pour gagner. C’est vrai que nous avons eu peu d’occasions mais c’est toujours un peu ce style de match contre Lille.»

Edouard Cissé
«La qualification était l’objectif. Nous avions à cœur de faire un match sérieux, de nous qualifier pour les Demi-Finales, c’est ce qu’il s’est passé. On savait que ce serait difficile. On est mené au score. Maintenant, nous avons fait un match sérieux et trouvé les ressources pour marquer un deuxième but, bien défendre et ne pas connaître la même mésaventure que samedi dernier.»

Claude Puel
«Cette équipe parisienne a été réaliste. Des fois, une occasion suffit. On a eu les meilleures mais on n’a pas su les exploiter, c’est dommage. En deuxième période, nous étions mieux revenus mais il a fallu ce coup de maître de Pauleta pour décanter la situation. C’est frustrant.»

Mathieu Chalmé
«C’est clair, c’est une grosse déception. Nous avons fait le match qu’il fallait et, malgré tout, nous perdons. Il faut vite relever la tête et penser au Championnat.»

Sources : archives paris football / eurosport

À propos Quentin Polin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée