Bartomeu

Bartomeu revient sur les circonstances du départ de Neymar au PSG et commente l’enquête de l’UEFA

Au cours d’une interview diffusée sur TVE, Josep Maria Bartomeu, le président du FC Barcelone est revenu sur l’été mouvementé de son club avec notamment le départ de Neymar. Il regrette le manque d’honnêteté du joueur.

« Officiellement, nous avons constaté qu’il était parti que quand il le dit. A la fin du mois de juillet, nous avons vu qu’il n’était pas bien mais son père nous disait qu’il n’y avait rien. Mais c’est de l’histoire ancienne. Nous avons fait notre autocritique. Je crois qu’il savait dans sa tête qu’il allait partir, mais nous avons cru aux paroles de son père. Il aurait dû être honnête et dire qu’il voulait partir parce qu’il n’était pas à l’aise ici. Comme Cesc ou Pedro. Son père et lui ont veillé à leurs intérêts, moi j’ai veillé à celui du Barça. » 

Entre les lignes, il évoque aussi que le PSG n’avait pas forcément la possibilité de payer la clause pour recruter Neymar : « Les clauses sont des accords entre les clubs et les joueurs. S’ils ont des clauses élevées mais qu’ils veulent partir, nous ne voulons pas les retenir pour qu’ils ne se plaisent plus ici. C’était le cas de Pedro, Alexis, Cesc… Je prête une attention particulière aux clauses, mais le PSG a voulu la payer et ne nous ont pas appelés. » 

Le président catalan a fini par évoquer l’enquête de l’UEFA diligentée contre le PSG sur une question concernant Coutinho : « Notre proposition était inférieure à 100 millions mais les bonus pouvaient agrandir jusqu’aux 120 millions. Il existe des clubs qui apportent de l’argent provenant de lieux qui ne sont pas propres au football et rendre plus cher le marché. Nous allons donc investir davantage dans la Masia (le centre de formation) qui est la base du football. Nous devons être forts avec la FIFA et l’UEFA pour que les clubs respectent les règles. Je suis heureux de l’enquête ouverte contre le PSG. C’est une demande des clubs européens. » 

>> Traduction Canal Supporters ©

À propos Grégoire Anne

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée