La Ligue 1 plus dépensière que jamais cet été

Le marché des transferts a fermé ses portes le 1er septembre dernier, c’est donc l’heure de faire le bilan. Dans un communiqué publié sur son site, la Ligue de Football Professionnel a dressé un bilan de ce mercato estival version 2017. Et l’instance française est ravie car les clubs français ont déboursé pas moins de 697 millions d’euros en deux mois.

En multipliant par 4 les achats et par 2 les ventes par rapport au mercato précédent, les clubs français ont été très actifs lors de ce mercato 2017 estival. Du côté des arrivées comme des départs, la Ligue 1 Conforama a joué un rôle majeur en Europe lors du mercato estival 2017. Au cours de cette édition exceptionnelle, le marché franco-français a connu également une nouvelle dynamique, explique la LFP. A l’achat comme à la vente, les montants des transferts ont atteint des records au cours du mercato estival 2017. Le montant total des achats (français + étranger) a été multiplié par 4 par rapport à l’édition 2016 pour atteindre un total de 697M€ d’investissement. Dans le sens inverse, le montant total des ventes (français + étranger) a quasiment doublé pour culminer à 619M€. Pour la première fois depuis 2013, les clubs français ont plus acheté (534M€) que vendu (456M€) à l’étranger. Concernant les transferts franco-français, le montant a quasiment triplé, passant de 56M€ à 163M€ », détaille l’instance française.

Didier Quillot, le Directeur Général Exécutif de la LFP, se félicite de l’attractivité du Championnat de France.

Ce mercato 2017 confirme l’attractivité nouvelle de la Ligue 1 Conforama. Après quatre premières journées spectaculaires marqués par une hausse des buts, des affluences et des audiences, les investissements des clubs français, dont le solde achats – ventes est positif, constituent des signes très encourageants pour l’avenir. Le montant record des ventes démontre aussi la qualité de formation et de post-formation des clubs français, qui ont pleinement intégré le marché des transferts dans leur modèle de développement », se réjouit le boss de la LFP.

À propos Antoine Grasland

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée