Presse PSG

La revue de presse PSG

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce samedi 16 septembre 2017.

“L’été flamboyant et dispendieux du PSG a ranimé l’une de ses passions : commenter la vie parisienne, si possible plutôt pour critiquer que louanger. Jean-Michel Aulas multiplie ainsi les attaques depuis la signature de Neymar et encore plus celle de Mbappé dans la capitale, écrit Le Parisien. A son âge d’or, quand Lyon dominait le Championnat, il s’inquiétait peu du sort des autres. « L’inflation des transferts vient des clubs anglais et de leurs droits télé exorbitants et du PSG », tranche-t-on encore à Lyon. Mais le club rhodanien se plaint beaucoup moins quand cette même inflation lui permet de céder Lacazette et Tolisso pour près de 100 M€ cet été. A Paris, les piques successives d’Aulas agacent autant qu’elles lassent.
« Il se trompe de débat, oppose-t-on dans la coulisse parisienne. S’il passait plus d’énergie à défendre son club qu’à nous attaquer, il ne ferait pas 1-1 contre l’Apollon Limassol, un club au budget largement inférieur à celui de Lyon. Comment peut-il se faire dépasser par Nice la saison dernière voire Monaco ? Qu’il se pose les bonnes questions  ! ». Globalement, la Ligue 1 pousse derrière Paris, conscient des retombées économiques indirectes.”

Le quotidien francilien propose “sa” composition probable pour demain : “Areola – Dani Alves, Marquinhos, T. Silva (cap.), Kurzawa – Lo Celso, Thiago Motta, Rabiot – Mbappé, Cavani, Neymar”.

Presse PSG“Aucune grande table n’a manifestement été réservée, demain, par les dirigeants du PSG afin d’amadouer Jean-Michel Aulas, s’amuse L’Equipe. « Je n’ai pas reçu d’invitation, sourit JMA. Mais je ne doute pas un instant que le contact sera très courtois à mon endroit. Moi, j’invite tous les présidents à venir déjeuner ou dîner quand c’est possible. Jean-Claude Blanc (DG du PSG) et Victoriano Melero (secrétaire général) sont des amis. J’espère que je serai aussi bien reçu par le PSG que Nasser et les autres dirigeants le sont au Groupama Stadium. » Mais du côté parisien, pas question, visiblement, de se prêter à cette mise en scène, car l’agacement est trop fort après la répétition des tacles du Lyonnais. « Je n’ai rien contre Nasser, assure-t-il. Mais il est l’acteur d’un système que je conteste, car il est dangereux à terme pour le football français. Mes propos sont ceux d’un entrepreneur soucieux de l’écosystème. » […] L’angle d’attaque d’Aulas, qui fustige un club aux mains d’un pays, est vécu comme une offense. Bernard Caïazzo confirme que JMA appuie sur le bon bouton pour se faire détester : « Nasser est un homme qui n’aime pas que l’on mette sur la place publique des critiques sur le PSG et encore moins sur le Qatar. Il n’a pas tort. Néanmoins, au cours des réunions, je vois des rapports courtois 90 % des clubs sont favorables à un PSG fort. » Un autre membre du conseil d’administration confirme : « Jean-Michel a son thème et il va aller au bout. » Ce qui promet des retrouvailles pesantes”.

“Le staff parisien ménage Adrien Rabiot, jusqu’à hier encore, puisqu’une séance adaptée lui a été proposée, lit-on encore. Il fera un test lors de la dernière séance, aujourd’hui, mais les prévisions étaient plutôt optimistes. Verratti étant suspendu, Emery devrait donc être en mesure d’associer Rabiot à Thiago Motta, dans une configuration en 4-2-3-1 probablement. Si le Français était malgré tout contraint au forfait, Nkunku et Lo Celso se disputeraient sans doute la place vacante. Pastore, resté aux soins, a ressenti des douleurs sur les cicatrices de son mollet. Selon ses proches, il est ménagé par précaution, parce que le staff parisien ne souhaite prendre aucun risque avec lui. Di Maria, lui aussi blessé pendant la trêve internationale (cuisse gauche), n’est pas sorti de la salle de soins non plus, hier. Du coup, le champ des possibles pour Unai Emery n’est pas aussi vaste que prévu. Si Neymar, Cavani et Mbappé sont indiscutables, Julian Draxler pourrait peut-être connaître sa deuxième titularisation de la saison. L’équipe probable : Areola – Daniel Alves, Marquinhos ou Kimpembe, Thiago Silva, Kurzawa – Thiago Motta, Rabiot – Mbappé, Draxler, Neymar – Cavani.”

“Ce n’était pas facile à Chypre ? Alors qu’est ce que ce sera à Paris dimanche ? Vu sous cet angle, l’OL peut tout redouter de son voyage au Parc face à un cador de la Ligue des Champions. Mais il faut rebondir, positive Le Progrès. La volonté de Paris de frapper un grand coup face à un adversaire personnalisé par un Jean-Michel Aulas en croisade contre ses sources de revenus illimitées, et l’impression médiocre laissée sur le terrain par l’OL depuis la trêve internationale, tracent des trajectoires opposées. Les deux jours de récupération supplémentaires dont a bénéficié le PSG, alors que les Lyonnais se sont couchés à 5 heures du matin vendredi au retour de Chypre, ne font qu’accentuer le déséquilibre. Hier, décrassage et récupération étaient au menu des titulaires alors que les autres joueurs ont eu droit à une séance plus intense. Le staff n’a pas prévu de mise au vert, afin de permettre aux joueurs de se retrouver un peu en famille. Le match n’étant qu’à 21h demain, le groupe sera réuni le matin pour mettre le cap sur Paris, et ce troisième match en huit jours devrait inspirer un peu plus de rotations à l’entraîneur, mais dans un système de jeu inchangé, car conçu pour permettre à Fekir de rester à son meilleur poste.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée