Montana

Le speaker du PSG milite pour des fumigènes « sans le problème sécuritaire »

Speaker officiel du Paris Saint-Germain depuis 1998, Michel Montana commence à faire partie des meubles. Invité sur SFR Sport à retracer son parcours depuis son arrivée au club, il compare l’ambiance d’avant avec celle d’aujourd’hui, en passant par les périodes de grève.

« C’est la Madeleine de Proust, c’est toujours mieux avant. Aujourd’hui, on est entrain de retrouver une ambiance à la hauteur. Bien sûr, ce n’est pas aussi flagrant et aussi sonore que quand Auteuil et Boulogne se renvoyaient les chants. Je n’étais pas à Glasgow mais tout le monde disait que le PSG tenait tête aux écossais », explique le speaker historique du PSG.

« Il y a eu plusieurs périodes, dont la période de grêve. Au début c’était difficile pour moi. Des supporters m’ont dit que ce n’était pas après moi mais que c’était contre le club. Au début, c’était terrible pour moi. Des fois ils attendaient quinze minutes dehors et rentraient après. J’ai aussi connu la période extraordinaire, et pas qu’au niveau des chants. Je ne vais pas évoquer les problèmes de sécurité parce qu’il fallait en passer par là. Mais il y avait d’autres choses. Il y avait les fumigènes. Je me souviens des deux virages avec des images fabuleuses. La Ligue n’était pas claire. Ils reprenaient tous les visuels. J’ai dit à une personne de la Ligue ‘trouvez un produit/objet avec la même efficacité visuelle que les fumigènes sans le problème sécuritaire’. J’ai vu qu’au Danemark, ils ont trouvé un truc il y a un an. Il faut le mettre en place. C’est dommage de priver les ultras de ce spectacle fabuleux. Il n’y a jamais eu d’incident grave à cause de ça. » 

À propos Grégoire Anne

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée