Di Maria

Di María : « C’est une saison plus compliquée pour moi, mais je suis là »

Revenu sur le devant de la scène depuis le début de l’année 2018, Ángel Di María retrouve le sourire. Dans un long entretien accordé à La Nacion, l’Argentin revient sur son été agité et scelle son avenir avec les Rouge et Bleu jusqu’à la fin de la saison.

« Il y a eu beaucoup de rumeurs, en août dernier, et maintenant en janvier aussi. J’ai la tête au Mondial, qui est la compétition la plus importante pour un footballeur. Et je veux avoir du temps de jeu pour être en Russie. J’ai toujours su que le club allait acheter des joueurs et que cela pouvait rendre ma situation plus compliquée, mais, à chaque fois que je peux démarrer ou avoir quelques minutes de jeu, je montre que j’ai le niveau. J’ai toujours marqué des buts ou donner des passes décisives. Je n’ai jamais laissé entendre que je ne voulais pas être à Paris, ou que je me moquais de jouer ou pas. À chaque match, j’ai démontré que je mérite ma place, mais ensuite, il y a les décisions de l’entraîneur et c’est à lui de choisir. Je savais que ce serait difficile cette saison, j’ai cherché quelques alternatives, mais ma famille est heureuse à Paris et le club m’a dit qu’il voulait que je reste. Depuis le début de l’année 2018, j’ai mis 5 buts et délivré 2 passes décisives, je réponds toujours présent. C’est une saison plus compliquée pour moi, mais je suis là. »

Dans cette interview, l’attaquant parisien évoque également sa fin de carrière qu’il ne voit qu’à Rosario Central, le club de ses débuts.

« Je vais revenir en Argentine pour jouer exclusivement à Central. Et je vais arrêter ma carrière à Central. Quand ? Je préfère ne pas faire de promesses en termes de date. Au final, on ne sait jamais quand termine un contrat. Parfois, ton club ne veut plus de toi et il faut que tu partes, ou alors tu prolonges et la fin de ton contrat change. Mais je suis au courant de tout, je suis tout ce qui se passe à Central à travers les médias et les pages web. Neuf de mes dix amis sont supporters. Comment voulez-vous que Central me sorte de la tête s’ils me demandent sans arrêt de revenir ?! Je n’ai pas de date prévue, mais je sais que je vais m’arrêter à Central. »

À propos Antoine Grasland

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée