Tuchel

Attention à la fin d’année pour le PSG

Les saisons débutant les années paires sont généralement plus périlleuses pour des clubs comme le PSG avec de nombreux internationaux (voir ici). Lassitude mentale, soucis physiques, la phase aller n’est pas toujours simple (38 à 39 points seulement contre 50 points en 2017 ou 51 points en 2015). En 2018, après le Trophée des champions et trois journées de championnat, tout va bien puisque même en rodage, Paris gagne. Mais attention, à Nîmes, comme après la trêve internationale avec des matches tous les trois jours, les accidents sont possibles. Si octobre et novembre sont statiquement satisfaisants, gare à décembre.

En 2016, après l’Euro et la Copa America, le PSG d’Unai Emery, tout neuf sur le banc, était tombé dès fin août à Monaco. Le retour de trêve internationale avait été compliqué avec des nuls au Parc des Princes contre Saint-Etienne puis Arsenal. Le 23 septembre, plombé par une prestation catastrophique de Serge Aurier (et un carton rouge), Paris chutait à Toulouse. Si en octobre et novembre les rouge et bleu n’étaient accrochés que par l’OM (0-0) et Arsenal (2-2), la fin d’année fût pénible avec un effondrement à Montpellier (3-0), des contre-performances contre Ludogorets et Nice, à domicile, et une défaite 2-1 à Guingamp.

En 2014, le PSG de Laurent Blanc coinçait très vite dans la saison post Coupe du monde. 2-2 à Reims, 0-0 face à l’ETG, 1-1 à Rennes, à Amsterdam contre l’Ajax, face à Lyon et à Toulouse… Miné par les blessures, Paris avait tangué sans perdre et en battant le Barça au passage. Nouveau 1-1 contre Monaco le 5 octobre avant une trêve internationale. S’en suit 9 victoires de suite en octobre et novembre. Mais là encore décembre est très compliqué… Des nuls face à Lille et Montpellier et deux défaites contre Barcelone et Guingamp.

2014

Le programme en Ligue 1 en 2018

2018

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée