ITV CS – Arnaud Péricard : “Le PSG c’est un club, deux villes et trois sites”

Maire de la ville de Saint-Germain-en-Laye et avocat spécialisé en droit du sport, Arnaud Péricard a accordé à Canal Supporters une interview portant sur les nouvelles infrastructures du Paris Saint-Germain à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye, le centre d’entraînement autour des Féminines ou encore les futurs projets sportifs qu’il mène en France ou en collaboration avec le club de la capitale.

Canal Supporters : Vous êtes le maire de Saint-Germain-en-Laye, quel sera l’avenir en commun entre le PSG et votre ville ?

“Nous avons un passé en commun depuis 1970 ainsi qu’un présent en commun puisque le numéro d’affiliation du PSG auprès de la fédération est le numéro d’affiliation du Stade Saint-Germanois qui date de 1904. Il est important de le rappeler car nos deux clubs, le Paris FC et le Stade Saint-Germanois, sont liés à jamais. En ce qui concerne l’avenir, je le trouve très intéressant tant les nouveaux propriétaires ont donné au PSG une notoriété et une image de marque importante, qui accroît sans aucun doute le rayonnement de Saint-Germain-en-Laye.

Le club, qui est aujourd’hui présent sur quatre sites, regroupera demain ses activités sur deux villes : Poissy et Saint-Germain-en-Laye. Pour moi, le PSG c’est un club, deux villes et trois sites en incluant le Parc des Princes. Demain, nous aurons davantage de joueurs sur le Camps des Loges portant le maillot du PSG qu’aujourd’hui étant donné que la structure professionnalisante ne partira à Poissy que dans trois ans, où les travaux n’ont pas encore commencé. Nous avons donc encore trois saisons à faire.

Dans trois ans, les U7 et U8 resteront à Saint-Germain-en-Laye. Des discussions sont en cours au sujet des U9 mais les U10, U11 et U12 iront à Poissy avec comme consigne de n’avoir qu’une seule équipe par niveau et par tranche d’âge. Une équipe représente un peu moins de 20 joueurs : nous aurons donc un resserrement des effectifs. La préformation, actuellement présente à Verneuil-su-Seine, le centre de formation et la CFA iront également avec les pros à Poissy. Ces différents pôles seront regroupés à Poissy qui se trouve à seulement cinq kilomètres de Saint-Germain-en-Laye.

Le Camp des Loges accueillera quant à lui toute la structure professionnelle des filles. Un très important projet de Foot Féminin est prévu dans les locaux incluant l’équipe première, le centre de formation féminin et toutes les équipes de jeunes des filles. En parallèle, toutes les autres équipes de l’association du PSG, les U7 et U8, seront présents au Camp des Loges. Seront également présentes toutes les équipes non professionnalisantes, c’est-à-dire les U14, U15, U16, U17, U18 et U19 qui ne seront pas engagées dans un championnat national. Autrement dit, les équipes réserves et toutes les équipes qui jouent en DFR, etc. Le troisième volet est celui de “l’Acdemy” qui est en train de se mettre en place. Un opérateur est actuellement recherché pour créer des stages, comme il y en a beaucoup à l’étranger, avec une académie qui pourra accueillir tous ceux qui veulent faire un peu de football mais avec le logo ou un maillot du PSG.”

Canal Supporters : Donc il y aura une “PSG Academy” à Saint-Germain-en-Laye ?

“Oui, c’est prévu. Le PSG est en train de chercher un opérateur pour la gérer. Concernant “l’Academy” il est nécessaire d’assurer un encadrement fédéral et associatif incluant des problématiques administratives et juridiques comme la mise à disposition des entraîneurs de l’association, etc. Le PSG travaille actuellement sur ces questions. 

En parallèle, nous avons renouvelé le 30 juin dernier la convention avec l’association du PSG qui inclut notamment un engagement pour le financement de la rénovation du Camps des Loges. Nous sommes donc dans une optique de « reboostage » du site.” 

Canal Supporters : Donc vous avez bien digéré le choix de Poissy pour le centre d’entraînement ?

“Quand on aime son club, il faut savoir être pragmatique. Saint-Germain-en-Laye n’avait pas 80 hectares à offrir au PSG. Nous aurions aimé que cela se fasse avec un peu plus de concertation, mais ce n’est pas le chemin qui a été choisi. Maintenant, on passe à autre chose.” 

Canal Supporters : Étant donné que vous allez conserver les féminines au Camp des Loges, est-ce selon vous assez représentatif ?

“Je pense qu’il y a aujourd’hui un vrai projet autour des Féminines. Elles sont très soutenues à Saint-Germain-en-Laye et beaucoup d’entre elles y habitent. Un véritable engouement existe par ailleurs autour du football féminin aujourd’hui en France : l’organisation de la Coupe du Monde l’année prochaine partout dans le pays en est la preuve. ” 

Canal Supporters : Une évolution pour le Stade Georges-Lefèvre ?

“Nous allons tout refaire, y compris les vestiaires. Des nouveaux bureaux seront également mis en place pour l’Association qui reste au Camps des Loges.” 

Canal Supporters : Étant donné que vous êtes un grand fan de football, vous auriez quelques anecdotes ?

“J’ai par exemple parlé avec Mustapha Dahleb la semaine dernière. On s’est rappelé les bons souvenirs. Je souhaiterais d’ailleurs le mettre à l’honneur prochainement, peut-être avec Safet Sušić.
Des anecdotes ? J’en ai surtout quand le club a été vendu à Canal +. Je me souviens que Monsieur Borelli, le président du club, était venu à la maison discuter avec mon père, qui était maire de Saint-Germain-en-Laye, pour qu’il puisse servir son poste de président. Cette période l’a d’ailleurs mis en difficulté, M. Borelli est ensuite parti à Cannes.

À l’époque c’était très différent avec les joueurs, ils venaient prendre le café à la maison avec mes parents. On ne verrait plus ça aujourd’hui. Dans les cafés de Saint-Germain-en-Laye, on voyait Dominique Baratelli en tongs prendre son café, Luis Fernandez, le directeur du centre de formation du PSG, en mobylette dans les rues. Aujourd’hui, c’est différent, tout a changé. Mais ceux qui sont francophones restent attachés à la région. Les anciens joueurs habitent souvent dans la région ou à Saint-Germain-en-Laye. Tous les français habitent dans le coin : Blaise Matuidi, Mamadou Sakho, Kimpembe ou Adrien Rabiot qui habite à Saint-Germain-en-Laye.”

Canal Supporters : Est-ce que les habitants de Saint-Germain-en-Laye parlent beaucoup du Paris Saint-Germain ?

“Oui ils en parlent beaucoup ! Ils sont très fiers. Mais chez nous, on a la fierté un peu humble. On a tout le temps été là, y compris dans les moments difficiles, quand on a failli descendre en deuxième division par exemple. Les Saint-Germanois ont toujours soutenu leur club dans les bons comme dans les mauvais moments. Aujourd’hui, nous sommes donc très fiers. Et qu’importe ce qui contribuera à faire du PSG un grand club. On parlait du centre d’entraînement tout à l’heure : les principaux bénéficiaires du rayonnement du PSG continueront d’être la ville de Paris et Saint-Germain-en-Laye. Que le centre d’entraînement soit à Poissy, à Conflans-Sainte-Honorine ou ailleurs, le club est pour nous une plus-value qui est très importante en termes de notoriété et de retombées. Les Saint-Germanois sont donc très fiers, un peu plus ces derniers temps parce qu’au niveau des jeunes générations le football s’est beaucoup démocratisé.” 

Canal Supporters : Puisque vous avez parlé d’Adrien Rabiot, qui habite à Saint-Germain-en-Laye, est-il un ambassadeur de la ville à sa façon ?

Adrien aime beaucoup Saint-Germain-en-Laye, comme tous les autres joueurs qui y sont présents ou vivent à proximité, comme Kévin Rimane. Les « enfants de chez nous » sont là depuis longtemps parce qu’ils ont été au centre de formation donc, bien évidemment, ils sont tous des ambassadeurs. J’aimerais également citer Caroline Garcia, la joueuse de tennis française née à Saint-Germain-en-Laye, qui est également une ambassadrice de notre ville. Mais ici, on respecte la vie privée, on ne leur demande pas de contrepartie particulière. Je sais qu’Adrien aime beaucoup la ville, il y est très impliqué. Il se tient d’ailleurs très au courant de la dynamique de Saint-Germain-en-Laye.” 

Canal Supporters : Puisque vous avez également contribué à l’organisation du Grand Prix de Formule 1 en France, est-ce que vous souhaitez contribuer à d’autres projets sportifs dans le futur en France ?

“Nous venons de racheter pour le compte de cet actionnaire américain un club de basketball professionnel à Paris avec pour projet d’avoir un club en Pro A avec un nouveau stade. En parallèle, nous continuons de travailler autour du Grand Prix de Formule 1 qui se tiendra le 23 juin prochain. Nous avons d’autres projets en cours, comme la possibilité de conseiller d’autres pays pour l’organisation de Grand Prix de Formule 1. Sur Saint-Germain-en-Laye, nous avons le projet d’être base arrière pour les Jeux Olympiques en 2024. Et à chaque fois qu’un grand événement sportif viendra taper à la porte, nous répondrons présents.

Il y a également un projet qui me tient à cœur, un projet un peu personnel. Nous fêterons en 2022 les 100 ans de la course du Bol d’Or qui a débuté en 1922 à Saint-Germain-en-Laye. Là, je pense qu’il y aura quelque chose à faire avec le circuit du Castellet qui accueille chaque année la F1 et le Bol d’Or : faire un clin d’œil aux fans du Bol d’Or pourrait être intéressant. Rappelons que le Bol d’Or se courait à ses débuts en voitures et en motos.”

Canal Supporters : Souhaitez-vous peut-être accentuer encore plus votre relation avec le Paris Saint-Germain, plus tard après tous ces aménagements ? Par exemple construire d’autres aménagements en lien avec le Paris Saint-Germain ?

“Nous avons un projet en partenariat avec Karl Olive, le maire de Poissy, et l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye dont il est président et moi vice-président autour de la médecine du sport, qui pourrait se mettre en place avec le PSG. D’autres réflexions peuvent également être menées. Le PSG est bien ancré chez nous, il faut donc qu’on en tire profit pour qu’il y ait des retombées pour le territoire. L’équipe va grandir, il y aura donc des besoins. Dans l’éducation par exemple avec les joueurs étrangers : nous avons la chance à Saint-Germain-en-Laye d’avoir un Lycée international avec plusieurs sections étrangères qui permettent de scolariser les enfants étrangers, comme ceux d’Unai Emery, où ceux des coachs assistants qui étaient scolarisés dans la section espagnole. Nous avons également une section allemande, nous aurons peut-être des enfants allemands scolarisés à la rentrée.

L’éducation est là, la santé est là, l’encadrement aussi que l’on fait pour toutes ces familles que l’on accueille. Nous avons un vrai partenariat au quotidien avec le club qui nous permet de faire beaucoup de choses ensemble.”

À propos Matthieu Hanisch

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée