Duluc : “Ces scènes de joie racontent une trouille monumentale”

Joueurs, staff, dirigeants et supporters du PSG, tous ont exulté avec cette victoire 2-1 contre Liverpool, qui ne garantit rien mais laisse le club maître de son destin. C’est cette “trouille” surpassée que Vincent Duluc met en lumière dans l’édito de L’Equipe ce jeudi.

“C’est donc ça, de jouer au-dessus d’un précipice, de courir à perdre haleine vers la qualification ou vers la porte, et de revenir, debout, de cette grande aventure, avec un bonheur de survivant. Les scènes de joie des joueurs parisiens, inédites et presque surprenantes, alors que cette victoire sur Liverpool ne leur garantit pas de se hisser en huitièmes de finale de la Ligue des champions, racontent une trouille monumentale, écrit le journaliste. Ces scènes quasi triomphales ne sont pas proportionnelles à la performance sportive, alors que Liverpool a perdu son cinquième déplacement de suite en C1 et que le PSG s’est déshabillé du jeu de possession qui aidait à sa maîtrise, mais elles auront été à la hauteur de l’enjeu et de la tension. Paris a gagné le match qui pouvait balayer sa saison d’un souffle de tempête, quels que soient les records nationaux qu’il s’apprête à battre. Contrairement à ce que ses manifestations de joie peuvent laisser supposer, le PSG n’est pas qualifié, c’est entendu, mais il est sorti indemne d’une soirée où il pouvait tout perdre.”

À propos Redaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée