Thiago Silva veut finir sa carrière au PSG, remporter la Champions League, et peut-être entraîner

Dans un long entretien accordé à UOL, Thiago Silva se confie largement. Nous vous proposons des extraits traduits de cette interview. Le capitaine du PSG se voit emprunter la voie prise par Thiago Motta et entraîner. Certainement à Paris, où est sa vie.

Match capital contre Liverpool

Il reste deux journées et nous devons gagner les deux matchs. Pour cette raison, nous sommes calmes, car nous croyons en notre force, en ce que nous pouvons faire. Pour gagner ce match contre Liverpool, nous devrons être à 110%, 100% ce n’est pas assez pour les battre.  Nous sommes super confiants. Mon erreur à Naples ? Pour moi, c’est du passé. Inutile de se marteler ça tout le temps. Mais j’avoue que pendant 3 ou 4 jours j’en étais malade. Ce n’était ma première erreur et ce ne sera pas la dernière. C’est comme ça. J’étais triste parce que l’équipe a fait un match très cohérent et mon erreur l’a pénalisée. Mais je crois que dans d’autres matches, j’ai contribué aux victoires. J’espère pouvoir maintenant aider l’équipe de la meilleure des façons.

La frustration de la Champions League

Si je disais que ça ne me dérange pas, je mentirais. Ceux qui me connaissent savent à quel point je suis compétiteur et je veux gagner un tel trophée. J’en ai gagné des titres ici, mais celui qui me manque le plus, c’est la Champions. Maintenant, il faut rester serein et faire un pas à la fois. Je pense que nous avons déjà fait de très grands progrès en six ans. La situation actuelle me semble positive.

Mondial 2022 au Qatar

J’aurai 38 ans et demi. Je ne peux pas me projeter aussi loin. Mon objectif c’est aujourd’hui, avec le PSG. Les prochaines convocations se feront en mars, il y a la Copa America et ensuite nous verrons.

Après carrière

D’abord, je veux continuer à faire ce que j’aime. Malgré mon âge –  j’ai 34 ans – et nous savons ce qu’on pense dans le football des joueurs de 35, 36 ans. Je veux atteindre la fin de ma carrière et décider. Je ne voudrais pas qu’on me fasse arrêter, mais arrêter au bon moment. J’ai un temps encore pour penser à mon après carrière, comme l’avait fait Thiago Motta qui maintenant s’occupe des U19 avec réussite. Il est comme un miroir pour moi. Mon idée est de suivre cette ligne, devenir entraîneur. Je ne me vois pas directeur sportif, président, ou dans les services de marketing. Mes affaires sont sur le terrain. Je ne me vois pas en sortir. Je pense donc que cela me dirige vers le coaching. Nous avons des contacts quotidiens Motta et moi. Nous sommes amis et je vais essayer de suivre sa ligne. J’ai un goût pour le football dans la partie tactique et technique. Mais il reste beaucoup à réfléchir. Ma famille est la base de tout. Donc, avant de mettre fin à ma carrière, nous aurons une longue conversation. Je veux terminer ma carrière ici, j’ai deux ans de contrat. J’aimerais terminer ma carrière au PSG. Si après ces deux années je veux encore jouer, je reviendrai peut-être à Fluminense. Mais laissons le temps au temps. Mes adieux ? Dieu en décidera, mais ma volonté est de jouer mon dernier match 45 minutes avec le PSG et 45 minutes avec Fluminense, je pense que ce serait la fin de la carrière de mes rêves. Rentrer au Brésil pour jouer est un peu compliqué. Parce que j’ai ma vie ici. Mes enfants ne s’habitueraient pas à vivre au Brésil. Mais voyons ce qui nous attend. Si je devais retourner à Fluminense, je serais ravi. C’est le club qui m’a ouvert les portes après ma maladie (en 2005 à Moscou, Thiago Silva a subi une tuberculose qui lui a presque coûté la vie) et je reviendrais certainement avec une immense gratitude pour tout ce que Fluminense a fait pour moi.

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée