ITW CS – Ève Périsset : « Nous n’avons plus peur de Lyon »

Pour les quarts de finale de la Coupe de France, les Féminines du Paris Saint-Germain affrontent l’Olympique Lyonnais au Groupama Stadium, samedi (15h45). Un choc de D1 Féminine entre le leader et son dauphin, mais surtout entre le tenant du titre et le finaliste de la dernière édition. Pour Canal Supporters, Ève Périsset (24 ans), la défenseure parisienne, a évoqué cette rencontre particulière. Entre la Ligue des champions et la Coupe du monde, l’internationale française affiche ses ambitions pour cette fin de saison.

CS – Vous Affrontez Lyon, samedi (15h45), en Coupe de France, quels sont les ingrédients à réutiliser pour gagner comme lors de la dernière finale ?

Ève Périsset : « En Championnat, nous avons très bien défendu. Après, on a eu un peu de mal sur la partie offensive, il faut qu’on améliore ça pour le match de ce week-end. S’appuyer sur ce qu’on a pu faire en première partie de saison et même contre Montpellier, le week-end dernier (4-0). On a bien travaillé cette semaine pour préparer ce match, maintenant à nous de jouer samedi. »

Depuis la trêve hivernale, vous réalisez des matches plus aboutis tactiquement, y a-t-il eu une prise de conscience collective de vos qualités et de votre potentiel ?

« Il fallait que ça se mette en place. On a eu pas mal de nouvelles joueuses, un nouveau staff qui est arrivé, il fallait un peu de temps… Mais là, depuis le début de l’année 2019, on est bien. On voit qu’on progresse de match en match. C’est bien, il faut continuer. Il nous reste un gros match ce week-end contre Lyon. On va pouvoir un peu tester notre évolution. »

Quand vous affrontez Lyon maintenant, vous y allez en challenger ou d’égal à égal, les yeux dans les yeux ?

« Nous n’avons plus peur de Lyon comme ça a pu être le cas les années précédentes. On les a déjà gagné deux fois en trois ans. On a fait des matches nuls aussi. Ça a toujours été des confrontations assez serrées ces dernières années, donc non, nous n’avons pas peur. On a bien travaillé ce match, on sait ce que l’on veut faire samedi. »

Justement, ce match aller en Championnat (10e journée, 1-1) va-t-il vous servir pour les bousculer là-bas ?

« On va s’appuyer sur ce qu’on a fait en Championnat même s’il y avait des choses à revoir. Depuis, on a bien travaillé et on a rectifié nos erreurs. On a bien progressé, maintenant il faut mettre en application sur le terrain. »

Vous êtes de Saint-Priest, vous avez porté le maillot de l’OL pendant quatre ans, qu’est ce que ça fait quand on joue cette affiche ?

« C’est toujours spécial pour moi. Je joue contre mon ancien club, en plus à Lyon, il y aura toute ma famille dans les tribunes… C’est vraiment un match spécial quand je joue contre Lyon. »

Perle Morroni a récemment parlé de “famille” pour évoquer votre groupe, c’est également votre ressenti ?

« Au fur et à mesure de la saison, on s’entend de mieux en mieux que ce soit en dehors et sur le terrain. Ça se ressent sur le terrain, on est très solidaires, très soudées. À l’entraînement, il y a beaucoup de joie et on prend du plaisir à être là, on a vraiment un très bon groupe. On s’apprécie toutes les unes, les autres, c’est important. »

Après Lyon, il va y avoir Chelsea qui se profile en Ligue des champions, quelles sont vos ambitions dans cette compétition ?

« C’est d’aller en finale ! Et pourquoi pas retrouver Lyon en demies, si on passe Chelsea. Notre objectif est de gagner tous les titres qu’on peut cette année, notamment la Ligue des champions qui est le graal. Avant ça, il y a le match de Coupe de France et le Championnat. On a envie de faire une très belle saison et de remporter des titres. »

Une saison parfaite pour vous, c’est quoi ?

« De gagner les trois titres ! »

Avec une Coupe du monde au bout ?

« Oui, ça vient après le club. Si je travaille bien et que je fais des bonnes performances avec le PSG, j’aurai mes chances en sélection. Ce sera à la coach (NDLR, Corinne Diacre, sélectionneur des Bleues) de faire ses choix mais je vais donner le maximum au PSG pour être dans cette liste des 23. »

À propos Antoine Grasland

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée