PSG 27 novembre 2019

Revue de presse PSG : Madrid, Navas, VAR, Neymar, notes

Vu et lu au sujet du PSG ce mercredi 27 novembre 2019 dans la presse hexagonale.

“Un nul inespéré, au goût de victoire : Paris, mené 2-0 sur un doublé de Benzema, a retourné la situation in extremis pour arracher un point, écrit l’AFP. On s’attendait à Neymar pour endosser le rôle de sauveur pour ses grands débuts en Ligue des champions, c’est finalement Pablo Sarabia qui a permis à Paris de rester invaincu sur la scène européenne. […] Comme un miroir inversé du premier épisode au Parc des Princes, le fossé a pourtant été béant en terme d’intensité et d’engagement entre les deux équipes : le Real mort de faim tandis que Paris a rapidement montré des signes de nervosité, à l’image de la perte de balle évitable de Kimpembe dès le coup d’envoi. […] Seul Mbappé, au cœur de toutes les attentions, a tenté de se montrer dangereux avec ses accélérations tranchantes.”

L’Equipe du 27 novembre 2019

“Le PSG a su égaliser en deux minutes. Un résultat positif qui ne reflète pas forcément la qualité de son match, juge L’Equipe. Navas a permis à Paris de rester en vie alors que le scénario de la rencontre ne lui était pas favorable. Il ne peut pas grand-chose sur les deux buts de Benzema. Le PSG lui doit son point. […] Afin de briller au printemps sur la scène européenne, le PSG devra se montrer plus consistant, moins brouillon et proposer autre chose.

“Le VAR a pesé lourd, signale le journal sportif. C’est une action qui aurait changé la face du match. À la 43minute, Arthur Dias désigne le point de penalty. Une décision que l’arbitre accompagne de l’expulsion de Courtois. Quinze secondes plus tard, le VAR intervient. En cause : une poussette d’Idrissa Gueye sur Marcelo en amont de l’action. Sur cette situation, l’arbitre portugais demande en direct à Marcelo de se relever et estime donc qu’il n’y a pas faute. La vidéo intervient. Après analyse, le corps arbitral choisit de revenir sur sa décision. Pas de penalty ni d’expulsion, donc. Une décision qui peut nourrir légitimement la frustration des Parisiens, excédés par ce choix. Pour revenir sur une décision, les arbitres doivent juger qu’il y a une « erreur manifeste » dans la décision initiale. Or, et les images le montrent, M. Dias estime sur le direct que Marcelo ne subit pas de faute. Et, au revionnage, la notion d’« erreur manifeste » n’apparaît pas clairement puisque les deux interprétations – faute ou non – sont tout à fait envisageables.

Les notes de L’Equipe pour les joueurs du PSG : Navas : 8. Meunier : 5. Thiago Silva : 5. Kimpembe : 4. Bernat : 5. Gueye : 3. Marquinhos : 5. Verratti : 4. Mbappé : 6. Icardi : 3. Di Maria : 3. Neymar : 4.

Les notes du Parisien : Navas : 7. Meunier : 5. Thiago Silva : 5. Kimpembe : 3. Bernat : 5. Gueye : 3. Marquinhos : 4. Verratti : 4. Mbappé : 6. Icardi : 3. Di Maria : 4. Neymar : 4.

Dans Le Parisien du jour

Le Parisien a vu une “remontada capitale” hier soir. “Drôle de soirée pour le PSG, ballotté dans tous les sens et toujours debout à la fin, malgré les coups, malgré un doublé de Benzema, avec une capacité de résilience peut-être utile pour la suite. […] Tuchel a froidement décidé de laisser Neymar sur le banc au coup d’envoi. Une confirmation de plus que le Brésilien, entré à la mi-temps, ne jouit plus d’un statut à part. Il reste à savoir si cette soirée aura des conséquences sur la relation déjà tumultueuse entre le n°10 et le PSG. À la fin du match hier, lorsque le manager est venu à la rencontre de son joueur, l’accolade a été furtive. Pour autant, la direction sportive a laissé les mains libres à son entraîneur dans la gestion de ce dossier. La soirée d’hier a démontré qu’il était, lui aussi, arrivé au bout des compromis.

Le Figaro

“Outrageusement dominé par le Real, le PSG repart de Santiago-Bernabeu avec un nul totalement improbable, estime Le Figaro. Incroyable. Vraiment incroyable… Il faut se pincer pour y croire. Passé à côté de son sujet pendant la majeure partie de la rencontre et un temps mené 2-0, le PSG a réussi le tour de force de décrocher le nul (2-2) à Madrid grâce à Mbappé et Sarabia. Et un exceptionnel Navas, aussi. L’homme du match, c’est lui. Au final, les Parisiens sont assurés de terminer en tête du groupe A de la Ligue des champions. […] Moins emprunté que face au LOSC, Neymar a tenté de faire des différences, sans grande réussite. Il a mieux fini. Mais la suite sera à scruter avec attention…”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée