Séverac

Séverac : “Placer les joueurs dans les meilleures conditions, ce n’est pas leur faire changer de poste !”

Quand le PSG perd à Dijon (2-1) – sans faits de jeu extérieurs – c’est que forcément il n’a pas fait son match avec sérieux. Du moins pas sur l’intégralité des 100 minutes, durée du match à Gaston-Gérard vendredi soir. Un Paris à 40%, cela n’est pas acceptable rappelle le journaliste Dominique Séverac. Comme le fait de voir Marquinhos en défense centrale alors qu’on l’attendait sentinelle, comme placer Juan Bernat au milieu de terrain et pas dans son couloir gauche afin de le céder à Abdou Diallo qui est plutôt un axial.

“Il y a des fois le PSG croit qu’il suffit d’être sur le terrain pour gagner. Et qu’il n’y aura pas grand chose à faire parce que c’est le 20e de Ligue 1. Il y a une forme de suffisance qui s’installe, et ils ne jouent pas les matches, a commenté le journaliste du Parisien dans l’EDS. Marseille, c’était cinq jours avant, ils mettent 4-0 en une mi-temps. Mais il y a des matches, Rennes, Reims, Dijon, ça ne les intéresse pas ! Paredes, il perd le ballon, il marche ! Sur un match comme ça, on sait que c’est le PSG qui décide. Bravo à Dijon, mais on sait que ce n’était pas le PSG qui a joué contre l’OM. Quand Paris cible un match, il ne le rate pas. Celui-là il ne l’a pas ciblé. Mais ce n’est pas une raison pour le jouer sans agressivité. Contre Reims (défaite 0-2), Bernat était déjà au milieu de terrain… Je sais que Tuchel a un tropisme pour la polyvalence. Il pense qu’un joueur doit pouvoir avoir deux rôles, s’il en a trois il se roule par terre, il mange de la glace et du miel… Donc il veut que Bernat soit latéral gauche et milieu de terrain, que Diallo soit axial et latéral gauche, que Kehrer soit latéral droit et centralpour moi ce n’est pas possible à un moment donné ! Placer les joueurs dans les meilleures conditions, ce n’est pas leur faire changer de poste !”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters