Moreno : “Si on ne pense pas à gagner, on reste ici à Monaco…”

Après deux matches de Coupe, le Paris Saint-Germain retrouve la Ligue 1 ce week-end. Dimanche (21h, Canal+), le club de la capitale reçoit l’AS Monaco au Parc des Princes. Et le club princier a connu des changements pendant cette trêve hivernale. En effet, Leonardo Jardim a été démis de ses fonctions et a été remplacé par Robert Moreno. L’entraîneur espagnol était d’ailleurs en conférence de presse pour évoquer cette rencontre. Morceaux choisis.

Le match face au PSG et ses points faibles

C’est un autre match, avec trois points à prendre, contre une grande équipe, qui est la favorite pour gagner la L1 et qui va jouer dans son stade. Elle a la pression pour gagner, c’est l’équipe référence en France. Ils sont très forts mais nous sommes aussi très forts. Si on considère qu’ils sont à part, on joue le Championnat à 19 et on leur donne tout de suite le trophée. Ils ont de grands joueurs mais tout est possible dans un match. Je vais donner à mes joueurs de la sérénité pour faire le meilleur match. Si je vous dis quels sont leurs points faibles, Tuchel va m’écouter… (sourire) Toutes les équipes ont des points forts et des points faibles. Je dois travailler avec mes joueurs pour attaquer les points faibles de l’adversaire. Et en profiter. Mais en parler, ce serait un manque de respect. Nous allons jouer ce match pour le gagner. Dans tous les cas, que nous perdions, gagnions ou fassions un match nul nous les féliciterons et nous préparerons le deuxième match pour le gagner. Le résultat ne changera rien à notre approche et notre détermination. On n’évaluera pas le niveau de l’équipe sur un ou deux matchs, mais à la fin de la saison.

Avoir la possession ?

Oui, c’est possible. La plus grande différence entre ces matches, c’est le rythme, l’intensité. Si tu fais les choses mal, ce sera très difficile de prendre le ballon. Si tu fais les choses bien, ce sera plus facile. On ne peut pas avoir 68,5 % de possession comme contre Reims, car les Parisiens sont très bons, mais on a les qualités pour avoir le ballon. Si on ne pense pas à gagner, on reste ici à Monaco, on perd 3-0 et on ne dépense pas d’argent pour le voyage...

Neymar

J’ai eu de bonnes relations avec Neymar quand j’ai travaillé avec lui, je n’en ai pas eu depuis, mais si je le croise je le saluerai avec plaisir, comme Sarrabia ou Bernat que je connais aussi. Ander Herrera également. Je ne le connais pas personnellement, mais j’étais allé au Parc des Princes pour l’observer lors du match contre Marseille.

À propos Antoine Grasland

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée