psg 4 janvier 2020

Revue de presse PSG : Linas-Montlhéry, blessures, valeur d’un milliard, Nice-Matin

Vu et lu au sujet du PSG ce samedi 4 janvier 2020 dans la presse hexagonale.

“Il faut pas les blesser, on a la Ligue des champions à gagner derrière” : à l’image du latéral Hermann Colin Kouassi, les joueurs de Linas-Montlhéry sont face à un dilemme alors qu’ils affrontent leur équipe de cœur, le PSG demain en Coupe de France. Dans ce club de Régional 1 (6e division) qui réunit Linas et Montlhéry, deux villes de l’Essonne, la plupart des joueurs soutiennent le club de Neymar et Mbappé, constate l’AFP. Et même le coach s’y met : “J’ai 52 ans, je vais au Parc depuis mes six ans”, explique Stéphane Cabrelli, abonné au Parc des Princes. “Les joueurs qu’on supporte toute l’année, de jouer contre eux, forcément, c’est quelque chose de bizarre”, admet-il.

Dans L’Equipe du 4 janvier 2020

Le président de Linas-Montlhéry fait la moue sur les desiderata du staff de Tuchel, rapporte L’Equipe : “On nous a demandé de leur fournir des tables de massage, une salle pour le président, 30 kilos de glace avant le match et 150 kilos à la mi-temps ! Nous, quand on a une poubelle de glace McDo, on est contents (rires). Peut-être qu’en L 1 ce sont des demandes normales, mais nous ne pourrons pas tout leur donner.”

Coté PSG, hier, “les joueurs qui n’étaient revenus que jeudi après-midi, notamment les Sud-Américains, ont eu droit à un programme plus étoffé. Une batterie d’examens et des tests physiques ont été réalisés. Ils doivent permettre de faire un point sur les états de forme, notamment les joueurs qui ont terminé 2019 diminués tels Silva (cheville), Kimpembe, Cavani et Diallo (cuisse tous les trois), et de voir si la feuille de route distribuée pour la trêve a été correctement respectée. Le staff n’a pas encore décidé quels joueurs seront alignés. Seule certitude, le turnover qui va s’appliquer ces prochaines semaines va débuter dès demain : certains cadres seront ménagés, voire ne feront pas le court déplacement dans l’Essonne.”

Dans Le Parisien de ce samedi 4 janvier 2020

“La trêve a permis de réparer la cheville de Silva, mais Diallo est encore en phase de reprise, écrit Le Parisien qui se penche sur l’infirmerie. En tout, le PSG a cumulé une vingtaine de lésions de gravité très diverse depuis la reprise de la compétition en août. […] En résumé, le PSG a mal derrière la cuisse, aux ischio-jambiers, avec au moins neuf épisodes depuis le début de la saison. Le problème pourrait se situer en amont, dans la préparation, et dans l’harmonisation nécessaire de toutes les compétences du club. L’avant-saison a effectivement été une nouvelle fois marquée par une longue tournée en Asie. Des carences dans le travail estival auraient été ciblées. Par ailleurs, Tuchel et sa garde rapprochée ne s’appuient pas beaucoup sur les secteurs du médical et de la performance pour définir les axes et les charges d’entraînement. En interne, un certain sentiment de sous-utilisation des ressources persiste. […] Le choix de reprendre très tard, à trois jours du match contre Linas-Montlhéry, répond à une question de bien-être et d’équilibre familial des joueurs plus qu’aux prérequis de la préparation physique et de la prévention. “Enchaîner 13 matchs sans préparation, ce n’est pas l’idéal, s’étonne Alexandre Marles. Le club va devoir remettre de l’intensité tout de suite, alors que des joueurs de ce niveau perdent des qualités musculaires et de vitesse dès 5 jours de coupure.” La marge de manœuvre sera donc fine pour éviter de remplir de nouveau l’infirmerie.”

“Selon Forbes, le PSG est au 2e rang mondial des clubs sportifs ayant le plus amélioré sa valorisation en 10 ans (+992%)”, lit-on également dans le journal francilien. Du coup le PSG vaut plus d’un milliard de dollars aujourd’hui selon Forbes.

Nice-Matin

Enfin la bonne année pour le PSG en Ligue des champions ? Nice-Matin calme ceux qui veulent y croire. Non”, 2020 ne sera pas plus l’année du PSG que 2019, 2018, 2017, etc. affirme le journal régional en parlant de “running gag le plus drôle du football français“. Car, en 8e de finale, “c’est simple, le PSG n’a éliminé personne depuis 2016. Les Parisiens doivent faire tomber ce plafond de verre et enfin franchir un tour. Peu importe comment. Avant d’envisager une victoire finale, le PSG va devoir surtout réussir à aborder une double confrontation sans blessés majeurs (coucou Neymar !), dans un état physique optimal et avec un mental à toute épreuve. Bonne chance.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters