PSG 16 janvier 2020

Revue de presse PSG : Monaco, Cavani, horaires, notes

Vu et lu au sujet du PSG ce jeudi 16 janvier 2020, lendemain de victoire 4-1 à Monaco, dans la presse hexagonale.

“Le match n’a pas été aussi beau que dimanche (3-3), mais le PSG a cette fois battu Monaco et répondu point par point aux questions du moment, juge l’AFP. Le 4-4-2 offensif du PSG était cette fois bien équilibré, et trop fort pour la revanche à Louis II. Les Quatre Fantastiques ont été plus disciplinés et la défense plus efficace. Côté attaquants, Mbappé, transparent au Parc des Princes, a cette fois réussi un doublé. Neymar, de son côté, est resté aux altitudes de dimanche. Il a même chambré le public qui le conspuait : la grande forme revient. Di Maria lui a défendu ostensiblement en premier rideau. Il avait semble-t-il entendu les critiques sur son manque d’implication dans le repli. Et l’Argentin a aussi réussi une passe décisive pour Mbappé. Seul des Quatre Fantastiques sans pouvoir, Icardi a traversé le match comme une ombre.”

L’Equipe du jeudi 16 janvier 2020

“Avec un bloc haut, une rigueur dans le repli et une inspiration offensive intacte, les Parisiens ont estompé hier les doutes que le 4-4-2 avait fait naître dimanche, tranche L’Equipe. La preuve qu’il était capable de trouver des solutions à un problème sans procéder à une révolution tactique. Individuellement, les joueurs ont su corriger le tir en orchestrant mieux leur pressing et faisant preuve d’une concentration de tous les instants. […] Cette fois, les deux latéraux ont pris garde à ne pas monter simultanément, ce qui a épargné des situations de 4 contre 4 à la perte du ballon. En même temps, les Monégasques n’étaient pas aussi inspirés que trois jours plus tôt. L’histoire ne dit pas s’ils étaient en surrégime à Paris ou si c’est le PSG qui a déployé une autre rigueur mais, jamais, hier, l’ASM n’a semé les graines d’une illusion. […] Passeur décisif mais également remarquable dans ses efforts défensifs, Di Maria illustre pourquoi le 4-4-2 peut fonctionner. Ou pas.

Le journal sportif revient sur les horaires de programmation des matches suite à la remarque de Thomas Tuchel se plaignant que les enfants ne puissent pas voir en direct les belles affiches. Constat statistique sur les rencontres du PSG : “83 % de rencontres à l’heure où les plus jeunes doivent aller au lit.”

Les notes des joueurs du PSG dans L’Equipe : Navas : 6. Dagba : 6. Silva : 6. Kimpembe : 7. Kurzawa : 6. Di Maria : 8. Gueye : 6. Kouassi : 4. Neymar : 7. Mbappé : 8. Icardi : 3. 

Les notes des joueurs du PSG dans Le Parisien : Navas : 5,5. Dagba : 6. Silva : 6. Kimpembe : 6,5. Kurzawa : 6. Di Maria : 7,5. Gueye : 7. Kouassi : 4. Neymar : 8,5. Mbappé : 8. Icardi : 3,5. 

Dans Le Parisien du jour

“Le PSG s’est montré bien plus froid hier soir sur la pelouse de Monaco. Chirurgical, même, pour logiquement s’imposer grâce à ses stars Mbappé et Neymar, toujours aussi complices de la sortie des vestiaires à la surface adverse, écrit Le Parisien. Plus consistante offensivement, l’équipe parisienne a surtout corrigé les errements défensifs aperçus dimanche. Les deux facteurs sont liés ? Sans aucun doute.”

Au sujet d’Edinson Cavani – blessé hier au niveau du pubis selon Thomas Tuchel – et du mercato, la porte est close, assure le journal francilien : “Sauf incroyable dénouement il ne rejoindra pas l’Atlético de Madrid cet hiver. Le prix fixé par le PSG bloque, de fait, tout départ. Dès les premières discussions, l’Atlético a fait savoir que sa marge financière était extrêmement réduite. Comment gérer une potentielle blessure d’Icardi ou Mbappé s’il part ?, se demande-t-on au club. Un transfert à hauteur de 30M€ aurait le mérite de permettre à Paris de recruter un remplaçant. Une option improbable à ce jour. […] Si la presse madrilène croit savoir que l’Atlético tentera une dernière offensive avant la fin du mercato, la cause est entendue du côté de Paris. Le principal intéressé, qui a toujours assuré qu’il n’irait pas au bras de fer, semble lui aussi s’être fait une raison.”

“Trois jours après le superbe match nul au Parc des Princes, Monaco n’avait pas les armes – physiques notamment – pour résister au PSG, commente Nice Matin. Monaco n’était pas dans un grand soir et ça s’est vu. Ben Yedder perdait le ballon plus vite, Golovin ne gagnait pas ses duels, Keita Balde jouait moins bien la profondeur, Glik et Maripan semblaient plus lents, etc. Tout ça mis bout à bout, surtout face à un meilleur PSG, la messe était dite. D’autant que l’arbitrage – sans être non plus scandaleux – n’a pas été d’une grande aide aux Monégasques.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée