Cazarre

Cazarre : “Qu’est-ce que j’aurais pas donné pour que Al-Thani fasse la même…”

Michel Hidalgo nous a quittés. Jeudi 26 mars, l’ancien sélectionneur des Bleus décédait à 87 ans après avoir longtemps lutté contre la maladie. Le technicien sera inhumé aujourd’hui, en petit comité, crise sanitaire oblige. Michel Hidalgo sera vêtu d’un survêtement de l’OM, son club de cœur. Julien Cazarre lui rend hommage dans France Football. L’humoriste se souvient d’un fait marquant de la vie de Michel Hidalgo et des Bleus (France/Koweït 1982) pour créer un parallèle amusant avec le PSG et son propriétaire, Tamim al-Thani, émir du Qatar.

France / Koweït 1982

C’était le 21 juin 1982, lors du Mundial en Espagne, un France/Koweït à Valladolid entrait dans l’histoire. A la 80e minute, alors que les Bleus menaient 3-1, un quatrième but augmentait l’écart. Oui mais voilà les adversaires des Français affirmaient avoir entendu un coup de sifflet et s’être arrêtés de jouer. A la stupeur générale, Fahad Al-Ahmed, petit frère de l’émir du Koweït, entrait sur la pelouse pour faire annuler le but. ce que fit finalement Miroslav Stupar, l’arbitre soviétique du match. De quoi provoquer l’immense colère de Michel Hidalgo.

“Mon premier vrai souvenir de foot est une douleur, un coup de poignard dans le cœur, celui de France-RFA, comme pour me prévenir qu’en tant que futur supporter du PSG je devais m’habituer dès maintenant à avoir le karma d’un intouchable unijambiste manchot de la banlieue de New Delhi qui attend avec impatience sa réincarnation en maharaja dans sa prochaine vie, écrit Cazarre dans France Football. Michel, c’était ce pétage de plombs sur le bord du terrain quand le frère d’un émir même pas du Qatar s’est senti le droit de venir faire annuler un but des Bleus en pleine Coupe du monde. Qu’est-ce que j’aurais pas donné pour que Al-Thani fasse la même sur celui de Demba Ba, Sergi Roberto ou de Marcus Rashford… Mais, ça, c’est une autre histoire. […] Oui Michel, t’étais un peu mon papa… jusqu’au jour où dans un accès de folie tu as rejoint l’OM de Tapie. […] Aujourd’hui, tout est pardonné et ne reste que les bons souvenirs.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters