Georgen
Crédit photo : psg.fr

Georgen : “Le PSG, c’est mon club de cœur, quoi qu’il arrive j’y resterais attaché”

Formé au PSG avec qui il a signé son premier contrat professionnel durant l’été 2015, Alec Georgen n’a jamais réussi à s’imposer dans l’équipe première des Rouge & Bleu (1 match). Avec la suppression de l’équipe réserve, le latéral droit (21 ans) a dû se décider à quitter Paris pour Avranches (N). Pour Foot Mercato, Georgen est revenu sur son passage au PSG.

Ses entraîneurs à Paris (Blanc, Emery, Tuchel)

Ce type de coach aime travailler avec les jeunes pour les faire progresser mais à l’époque de Laurent Blanc il y avait très peu de jeunes qui signaient professionnel ou qui intégraient le groupe. Cela demandait beaucoup d’exigences. Il y a ensuite eu cette « psychose Coman » (parti libre à l’été 2014, ndlr) qui a fait que les jeunes ont signé professionnel rapidement. Que cela soit pour Emery ou Tuchel, il y a eu, je pense, cette obligation-là (d’offrir du temps de jeu aux jeunes, ndlr) de la part de la hiérarchie.

Colin Dagba présent avec l’équipe professionnelle, des regrets ?

Cette période-là est passée. Évidemment qu’on se le dit toujours mais c’est la loi du football : quand tu ne joues pas, la place est prise. J’y pense mais je n’ai pas de regret. Chacun son parcours et puis je suis content pour Colin qui est un très bon joueur et qui mérite le temps de jeu qu’il a aujourd’hui.

La suppression de l’équipe réserve

Antero Henrique nous a averti de la suppression de la CFA un ou deux matches avant la fin du championnat national. Je n’ai pas compris pourquoi ils faisaient ça… Je ne pense pas que c’est une bonne chose. En sortant du centre de formation le fait d’aller faire quelques matches, voire une demi-saison ou une saison entière, en CFA ça peut être très bénéfique. Le passage au football adulte c’est quelque chose que l’on n’a pas côtoyé en jeunes.

Un retour possible au PSG ?

Le PSG, c’est mon club de cœur. Quoi qu’il arrive j’y resterais attaché. C’était normal de partir en bons termes, si j’en suis là aujourd’hui c’est en grande partie grâce au club. […] Peu importe où je signe il faut que j’aie une certaine assurance de jouer. Si par contre j’ai la garantie de jouer au PSG, j’y retourne les yeux fermés.

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée