PSG 28 mars 2020

Revue de presse PSG : enjeux économiques, Canal Plus, al-Khelaïfi…

Vu et lu au sujet du PSG ce samedi 28 mars 2020 dans la presse hexagonale.

Dans Le Parisien ce samedi 28 mars 2020

Le Parisien se lamente que pendant cette crise sanitaire liée au Covid-19 le football français soit divisé au grand jour. “Enjeu : se sauver économiquement d’un marasme annoncé, écrit Dominique Séverac. “Ils ont tous des idées pour imaginer la suite, mais des idées qui favorisent d’abord leur intérêt personnel. […] “Il y a plusieurs championnats, observe Guy Cotret, ancien président d’Auxerre et du syndicat UCPF. Il y a celui du PSG, ceux qui se battent pour se qualifier pour une Coupe d’Europe, les dix qui jouent le maintien. Même chose en Ligue 2, avec la peur de perdre le statut professionnel pour les relégués. Chaque club espère que ce sera l’autre qui se cassera la gueule. Les enjeux économiques sont tels que l’unité me semble impossible. Avec le Covid-19, c’est la survie de certains clubs qui se joue. C’est le règne du chacun pour soi. C’est moralement discutable, mais c’est une réalité.”

Dans Le Parisien du samedi 28 mars 2020

“Comme le Championnat est arrêté, Canal Plus annonce ne pas vouloir verser les 110M€ prévus le 5 avril, rapporte L’Equipe. Et même si la saison reprend, les diffuseurs risquent de ne pas régler l’intégralité des sommes dues. Il reste autour de 280M€ à payer sur le montant annuel (759M€). […] La LFP souhaite que ces sommes soient intégralement versées afin de ne pas mettre les clubs en difficulté. À Canal+, l’opinion qui prévaut est que les matches ne sont pas joués, donc qu’ils n’ont pas à être payés. […] Quid de Mediapro et la saison à venir ? Le groupe espagnol annonce qu’il “s’ajustera au calendrier décidé par la Ligue”. Il est prévu dans les contrats qu’il commencera à payer lorsque la saison démarrera. Donc plus tard si son coup d’envoi est repoussé. Ce décalage, prévisible, sera dommageable pour les clubs. Dont certains s’inquiètent pour la suite des événements. […] Les clubs et les joueurs français négocient pour surmonter la crise : les salaires bruts pourraient provisoirement baisser de moitié en moyenne. Cet allègement serait comblé par la suite et au moment du retour sur les terrains. […] Au PSG, où le salaire moyen mensuel brut est de 820.000 euros par joueur, al-Khelaïfi a ouvertement soulevé l’idée d’une baisse qui va au-delà de l’impact du chômage partiel auxquels les Neymar, Verratti et Di Maria ne sont pas encore soumis.”

Inculpé pour instigation à la gestion déloyale , Nasser al-Khelaïfi “pourrait même voir la perspective d’un procès s’évanouir”, constate L’Equipe, car “selon Le Monde (voir ici), le Tribunal pénal fédéral suisse a demandé au Ministère public de revoir sa copie, jeudi, en lui renvoyant son acte d’accusation dans cette affaire. Pour les juges  ”tout porte à croire ” que les faits reprochés s’inscriraient dans un contexte privé. […] Par ailleurs, al-Khelaïfi connaît toujours des soucis judiciaires en France pour “corruption active” dans le cadre de l’enquête sur l’attribution des Mondiaux d’athlétisme à Doha (finalement confiés à Londres). Une affaire dans laquelle la justice française vient de confirmer sa compétence  territoriale .”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée