PSG 10 mars 2020

Revue de presse PSG : Mbappé, huis clos, Silva, Marquinhos, Tuchel, onze de départ…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mardi 10 mars 2020, veille de choc à huis clos contre le Borussia Dortmund.

“Blessures de la superstar Neymar aux pires moments, “remontada(s)” répétées, et maintenant le huis clos de son enceinte : le PSG, traumatisé par les éliminations en huitièmes de finale de Ligue des champions depuis 2016, voit le sort s’acharner sur son rêve européen. À l’aller, l’ambiance survoltée du “Mur jaune” avait, de l’aveu même de Tuchel, transcendé les joueurs de Dortmund pour leur permettre de remporter la première manche (2-1). Pour le retour, le club français misait sur l’appui des 48.000 supporters du Parc des Princes pour renverser la situation et générer une belle recette. Raté !, publie l’AFP. “Jusqu’à la dernière minute, les dirigeants du PSG ont négocié avec le ministère des Sports et la préfecture de police de Paris pour éviter ce scénario tant redouté. En vain. […] Le CUP a invité les fans à se réunir demain aux alentours du stade avant la rencontre, pour que “les joueurs nous entendent de l’extérieur.” […] Au-delà de l’inéquité sportive pour le PSG, le manque à gagner financier (6M€) en revenus billetterie, loges, restauration est également à déplorer.

L’EQUIPE DU 10 MARS 2020

L’Equipe propose une couverture anxiogène avec pour titre “La peur du vide” et le Parc des Princes en arrière fond. “Une quatrième sortie de route d’affilée en huitièmes plongerait le PSG dans une terrible crise. Les quelque 5M€ de manque à gagner de ce huis clos sanitaire ne pèseraient plus grand-chose à l’échelle de la catastrophe industrielle, sportive et populaire, lit-on.

L’UEFA, “qui veut s’assurer que la C1 aille à son terme, n’est pas favorable au décalage des matches, explique également le journal sportif. “Les spectateurs seront remboursés, les 35.459 abonnés dans l’attente. Le PSG souhaite attendre les prochaines décisions préfectorales avant d’indemniser correctement ses plus fidèles supporters. […] Réclamée sur les réseaux sociaux, la diffusion en clair du match par RMC Sport n’aura pas lieu.”

Autre mauvaise nouvelle, “victime d’une angine et absent de l’entraînement hier, Mbappé n’est pas certain de pouvoir tenir sa place demain face à Dortmund, écrit L’Equipe. Et Paris retient son souffle… Hier, Tuchel a effectué à l’entraînement une opposition avec ce qui s’apparentait à une équipe type. Cavani et Sarabia étaient en pointe, avec Neymar et Di Maria sur les côtés. Une configuration qui pourrait être privilégiée en cas de forfait de Mbappé. La bonne nouvelle de la journée est venue de Thiago Silva. Le capitaine a de nouveau effectué la séance, sans se retenir sur les contacts. Lors de l’opposition, il était associé à Kimpembe en défense centrale (avec Kehrer à droite, Kurzawa puis Bernat à gauche, ce qui laisse supposer que le Français part favori), tandis que Marquinhos était posté au milieu au côté de Gueye. Mais le staff, qui discute énormément avec O Monstro sur ses sensations, devrait attendre le dernier moment. Tout comme probablement pour Mbappé.”

Enfin, on peut voir un focus sur Marquinhos, qui “s’affirme de plus en plus comme un leader du vestiaire. Une attitude qui tranche avec sa personnalité. […] Cette émergence soudaine a pu dérouter jusqu’à son premier cercle. “Franchement, pour moi, c’est une surprise de le découvrir, avoue Carol Cabrino, son épouse. Je ne l’avais jamais imaginé prendre autant de place. Mais je trouve cela très bien. C’est le signe d’une maturité qui s’exprime.”

DANS LE PARISIEN DU 10 MARS 2020

Dans Le Parisien – qui se penche aussi largement sur le huis clos et ses différentes conséquences – on retrouve les doutes autour de Kylian Mbappé. La journée sera décisive. Mbappé est attendu ce matin à l’entraînement à 11 heures. Une angine est suspectée et elle pourrait le diminuer dans des proportions très handicapantes, même si les derniers échos autour du club étaient plutôt optimistes.” Quant à Thiago Silva, “il fait partie des plans de Tuchel, assure le quotidien francilien. Un choix risqué qui permettrait d’aligner Marquinhos a milieu de terrain. Tuchel a travaillé pendant les trois quarts de la séance avec une association Marquinhos-Gueye au milieu de terrain, avant de tester la paire Marquinhos-Paredes. Deux options ont aussi été essayées dans le couloir gauche de la défense, mais c’est bien Kurzawa qui semble tenir la corde.

Thomas Tuchel toujours, “composition, option tactique, style : les choix du technicien seront scrutés à la loupe par ses patrons demain contre Dortmund. Son avenir en dépend, après sa gestion erratique du match aller et plusieurs mois sans vrai fil conducteur. […] Une qualification donnera du répit à Tuchel. Mais l’actionnaire en voudra plus et c’est toujours le stade des demi-finales qui est espéré par le Qatar. “Les propriétaires du club aimeraient que le PSG impose son jeu plutôt qu’il ne s’adapte à l’adversaire comme cela a été le cas sur ce match avec le changement de système de jeu”, glisse un proche du vestiaire. […] Il lui reste un an de contrat dans le club de la capitale. Une élimination contre Dortmund abrégerait, à coup sûr, son mandat.”

DANS FRANCE FOOTBALL DU 10 MARS 2020

Dans France Football, on trouve une vingtaine de pages qui renvoie au choc du 11 mars au Parc des Princes. Là encore, Thomas Tuchel est sur la sellette. “Une qualification lui laisserait une (petite) chance de rester sur le banc la saison prochaine. C’est dire à quel point il a vu sa cote s’effriter au cours des derniers mois… Et va jouer gros ce mercredi, lit-on. “Massimiliano Allegri, Mauricio Pochettino et d’autres patronymes de techniciens renommés (Pep Guardiola, rêvons un peu !) figurent déjà sur la shortlist de ses dirigeants. […] Le PSG est donc ce club où l’entraîneur est sur la sellette alors qu’il compte 12 points d’avance – et un match de plus – en tête du Championnat, qu’il disputera les deux finales des Coupes nationales et qu’il garde toutes ses chances après le 8e aller de Ligue des champions. On l’a compris, Tuchel subira probablement le même sort que Blanc et Emery s’il ne trouve pas la recette du succès, mercredi. C’est une forme d’injustice dans la mesure où aucun autre club en Europe ne procède à une analyse aussi monomaniaque. […] Il nous semble cependant qu’une élimination acterait bien davantage l’échec des joueurs, et notamment celui de Neymar, que le sien. À force de chercher le technicien idéal pour gagner la Coupe d’Europe, on en oublierait que celui-ci n’existe pas et qu’un Guardiola, souvent cité comme la référence absolue, a égaré le mode d’emploi depuis 2011. On oublierait surtout qu’au-delà des improvisations tactiques, des cartons qui se perdent et des anniversaires qui s’enchaînent, c’est la volonté des joueurs d’écrire une histoire collective qui fait la différence.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée