PSG 6 mars 2020

Revue de presse PSG : Neymar, Neymar, Tuchel, BVB

Vu et lu ce vendredi 6 mars 2020 au sujet du PSG dans la presse hexagonale.

“PSG-Saint-Etienne : ce sera donc la finale de la Coupe de France le 25 avril prochain au Stade de France, constate l’AFP. Au lendemain de la qualification du PSG sur le terrain de Lyon (5-1), Rennes a échoué (2-1) sur la pelouse des Stéphanois, 16e de L1. Il n’y aura donc pas de remake de la finale 2019 pour les Bretons tenants du titre.”

Le journal L’Equipe ce 6 mars 2020

“Génial en janvier jusqu’à sa blessure aux côtes, Neymar peine à retrouver le rythme des matches et la même régularité, juge L’Equipe. De loin, Neymar donne l’impression que sa silhouette a changé. Il paraît un peu plus bouffi, un peu moins tranchant. Et pourtant, ce n’est pas le cas. De source interne au club, on assure qu’il n’a pas grossi en quinze jours, qu’il est affûté. […] Il apparaît peu probable – sauf pépin physique – qu’il soit de nouveau ménagé en Alsace.  Car plus Neymar joue, plus il est fort. Et plus il est fort, plus Paris se remet à rêver.”

Dans Le Parisien du vendredi 6 mars 2020

“En grande forme, Mbappé est prêt à tout balayer, explique Le Parisien. Fallait pas l’énerver. “Kylian, c’est un vrai compétiteur, se marre un intime. Depuis son match aller raté contre Dortmund, malgré sa passe décisive à Neymar, Mbappé a donc marqué six buts. Le même total que l’an dernier entre les deux manches contre Manchester United. Ce rendez-vous où la qualification s’était dérobée avait marqué le premier échec important de sa carrière. De quoi renforcer sa frustration un an plus tard. Une excellente nouvelle pour le PSG. […] Pour Neymar, le temps presse. “Il va bien, il s’entraîne très dur, il s’entend bien avec tout le monde. Deux matchs devraient lui suffire à retrouver du rythme. Espérons qu’il puisse faire la différence”, glisse-t-on dans son entourage. Le PSG ne peut s’en sortir sportivement sans un grand Neymar. […] Si le match à Lyon devait servir de répétition générale, il ne semble pas avoir apporté toutes les réponses. Après deux matchs consécutifs dans l’entrejeu, Marquinhos a débuté la rencontre dans l’axe de la défense, afin de préparer un éventuel forfait de Silva. En l’absence de Kimpembe, suspendu, c’est à Kehrer, pourtant censé hériter d’un poste de latéral droit où il manque de repères, que Tuchel a associé Marquinhos. Bernat s’est vu préférer Kurzawa. Un choix qui semble traduire des interrogations pour le poste de latéral gauche. Tuchel pourrait faire de Paredes et Gueye ses caïds du milieu. A l’issue de la rencontre, il n’a pas hésité à rappeler qu’il attendait plus de son binôme. Entre Cavani et Icardi, il faudra choisir.

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters