Tuchel : “Ce n’est pas nécessaire de faire trop de changements”

Quatre jours avant la réception de Dortmund en huitièmes de finale retour de Ligue des Champions, le PSG se déplace demain après-midi (17h30, Canal +) sur la pelouse de Strasbourg dans le cadre de la 28e journée de Ligue 1. À la veille de ce match, Thomas Tuchel s’est présenté en conférence de presse. Extraits choisis.

Point sur le groupe

Thomas Tuchel : “Colin Dagba, Ander Herrera et Choupo-Moting sont indisponibles. Pour Thiago Silva, c’est un peu trop tôt, il va s’entraîner cet après-midi mais le match arrive trop vite. Pour Gueye et Kehrer, on doit faire un check.

Le match à Strasbourg

Thomas Tuchel : “Il faut garder notre momentum, on a marqué beaucoup de buts depuis Dortmund. C’est toujours difficile à Strasbourg. Ils ont changé beaucoup de choses donc on ne sait pas à quoi s’attendre. On espère que ce sera un bon test avant Dortmund. Il y a un championnat à gagner, c’est un match important. Un match piège ? On s’attend à un match difficile, c’est toujours comme ça. Une équipe très forte, très physique, un stade très émotionnel. Ce n’est pas facile après Lyon et avant Dortmund. L’équipe profite d’être sur le terrain ensemble, travailler ensemble et combattre. C’est la mentalité dont on a besoin. Ce n’est pas nécessaire de trop changer dans ce bon moment. Leur mentalité et leurs résultats sont incroyables. On a confiance.”

La motivation avant Dortmund

Thomas Tuchel : “C’est très court entre les deux matches. L’équipe était très heureuse après la victoire contre Lyon, il y avait une bonne atmosphère dans le vestiaire. Il ne faut pas trop changer pour qu’ils profitent de jouer ensemble. Mais je dois voir les kinés, les joueurs. Ils profitent de marquer ensemble, c’est un bon moment, il faut garder cet état d’esprit demain.”

Un risque d’aligner Neymar à Strasbourg ?

Thomas Tuchel : “Non, ce n’est pas dangereux. C’est un match de foot. Tout peut se passer. On ne peut pas toujours protéger notre joueur. Il y a une histoire entre lui et Strasbourg, mais c’était sur un match. Je ne pense pas qu’ils vont faire des trucs bizarres demain.

Un possible retour de Thiago Silva contre Dortmund ?

Thomas Tuchel : “Oui, après hier je suis plus optimiste parce qu’il n’a plus de douleurs. Après dix, onze jours, c’est exactement le timing. Il aurait peut-être pu jouer 15-20 minutes demain, mais le risque est trop grand. Il va faire l’entraînement aujourd’hui, et on va augmenter l’intensité demain et dimanche. Et après, lundi, on décidera.

Déjà le onze pour Dortmund en tête ?

Thomas Tuchel : “Pas trop. Par exemple, Thilo Kehrer, on doit parler avec le kiné, il a pris un coup. On doit décider si on prend un risque, s’il peut jouer demain. On ne peut pas laisser tout le monde à la maison jusqu’à mercredi. Il peut y avoir quelques changements pour donner du rythme à certains joueurs, mais pas de grands changements. On va décider dans quelques heures avec les médecins. J’ai l’impression que nous sommes prêts.

Le retour de Thilo Kehrer, après fin de saison dernière difficile

Thomas Tuchel : “C’est un grand défi. Il est revenu très fort. On s’est concentré sur le sport. On n’a pas parlé des erreurs, de pression, non. Le travail psychologique a été de se concentrer sur des choses tactiquement, techniquement. On pousse les joueurs, on les protège. On critique, ou avec des choses positives, on protège. Thilo est dans une bonne forme, j’espère qu’il sera disponible demain et mercredi. C’est du sport, ce sont des situations pour s’améliorer.

L’état de forme de Di Maria

Thomas Tuchel : “Après le 3-1 contre Lyon, on a pris la décision de ne pas prendre de risque. Mais il était sur le banc, dont il était capable de jouer. C’est possible qu’il joue demain. Il va jouer s’il n’est pas blessé pendant l’entraînement.

Mbappé

Thomas Tuchel : “Kylian est dans un bon état d’esprit. Il utilise sa vitesse de façon très intelligente. Les gars aiment jouer ensemble, être sur le terrain.

Le Coronavirus et le risque de huis clos contre Dortmund

Thomas Tuchel : “Personnellement je n’ai pas peur. Il y a un sentiment inconfortable, bien sûr, c’est inquiétant. On fait tout ce qui est nécessaire je l’espère, mais on sait qu’ils ne jouent pas avec des spectateurs en Italie ou en Suisse. Il y a des moments où je n’y pense pas, parce que je travaille. Il y a des choses sur lesquelles on n’a pas d’influence. On veut toujours jouer avec nos spectateurs, on est plus fort avec nos spectateurs. Mercredi, tout le monde doit être dans sa meilleure forme, de l’entraîneur aux supporters.

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée