Echouafni sur le duel PSG/OL: “Ça s’est peut-être joué à 48 heures près”

Mardi après-midi, Edouard Philippe – Premier ministre français – a acté la fin de tous les championnats professionnels pour la fin de la saison 2019-2020. En D1 Arkema, le PSG était dans la course au titre (deuxième à trois points de Lyon et un PSG / OL programmé juste avant la décision de stopper les compétitions). Pour Goal, Olivier Echouafni – coach des Parisiennes – a évoqué cette décision avant de se pencher sur la saison écoulée. Extraits choisis.

La décision d’arrêter la D1

Je n’étais pas favorable à ce qu’on continue au vu de la situation sanitaire. Maintenant, si on nous avait dit de reprendre, bien sûr qu’on aurait été content parce qu’on avait des enjeux sportifs relativement élevés et qu’on allait rentrer dans une période décisive.”

Le bilan de la saison

C’est tellement paradoxal d’évoquer une fin de championnat de la sorte. Mais ce qui est incroyable, c’est que ça s’est peut-être joué à 48 heures près. Je vous dis ça, parce qu’on devait recevoir Lyon le samedi 14 et qu’à la sortie on ne les affronte pas. On ne sait pas ce qui aurait pu se passer… On va attendre sagement les décisions de la Fédération Française pour savoir si le classement restera figé ou non. En tout cas, effectivement, si le classement était figé aujourd’hui, on serait deuxième.

Des échanges avec ses joueuses depuis l’annonce ?

Non, pas vraiment. La situation est tellement changeante qu’on veut avoir plus d’infos encore. On attend aussi la position de l’UEFA parce qu’on est quand même qualifiés en quarts de finale de la Ligue des champions. Leur décision peut être différente de celle prise par la FFF. Il est possible qu’on puisse termine cette Ligue des champions à un moment donné. Reste à savoir quand ? Aujourd’hui, on ne peut pas annoncer aux joueuses que tout est stoppé alors qu’il y a encore une possibilité de jouer cette Ligue des champions, sans oublier la Coupe de France. Le Président (Noël Le Graët) a aussi dit qu’il voulait finir cette compétition. On est forcément dans l’attente.

Un gout amer si l’aventure au PSG s’arrête pour lui ici (en fin de contrat le 30 juin)

Ce sentiment d’inachevé, il ne sera pas que pour moi. Il le sera pour tous les entraîneurs. Que ce soit en D1, en L1, en L2, en National… Pour tous les clubs ! Ce sera frustrant, oui, surtout que nous, on rentrait dans une période de matches décisifs, avec de fortes émotions. Mais ça fait partie des aléas.”

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée