Cavani
Crédit photo : psg.fr

Et si Cavani restait au PSG ?

Edinson Cavani est en fin de contrat le 30 juin prochain (ou plus précisément à la fin des compétitions). Proche d’un départ l’hiver dernier, El Matador était resté au PSG et a même réussi à retrouver une place de titulaire lors des derniers matches – et notamment le match retour contre Dortmund – avant l’arrêt total des compétitions. Mais alors qu’un départ après sept ans de bons et loyaux services et un titre de meilleur buteur de l’histoire (200 buts) était dans les tuyaux, l’attaquant (33 ans) pourrait poursuivre son aventure parisienne encore un an ou plus. En effet, l’Equipe rapporte que l’idée de rester au PSG, qui semblait improbable il y a quelques mois, “ne serait finalement pas pour lui déplaire. Il attend simplement un signe du club de la capitale.” Mais pour l’instant, il n’a pas eu de nouvelle en ce sens. La crise sanitaire et tout ce qui en découle détournent sûrement les dirigeants parisiens de certains dossiers, comme le mercato. Cette raison pourrait ainsi pousser le PSG à conserver l’international uruguayen. “Le PSG risque de subir des pertes de plusieurs millions […] il ne pourra peut-être pas investir autant dans les transferts qu’il l’avait imaginé avant l’épidémie de coronavirus“, rapporte le quotidien sportif qui s’interroge “est-il préférable de lever l’option d’achat de Mauro Icardi à 70 M€ auprès de l’Inter ou de conserver Cavani pour zéro euro de transfert ?” Une interrogation qui se pose en haut lieu indique l’Equipe.

Dans l’entourage d’Edinson Cavani, on considère que passer un ou deux ans de plus au PSG serait l’idéal pour lui. Le quotidien sportif indique que Cavani attire toujours les convoitises. Celle de l’Atlético de Madridmême si le climat s’est un peu dégradé entre les deux parties après l’échec de janvier“. Manchester United, l’Inter – en cas de départ de Lautaro – et Boca Juniors sont des pistes crédibles. Le club argentinrêve de Cavani jour et nuit mais la réciproque n’est pas si évidente pour l’instant.

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée