PSG 24 avril 2020

Revue de presse PSG : Mbappé, Maxwell, reprise, bureau de la LFP…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce vendredi 24 avril 2020.

L’Equipe parle d’Eduardo Camavinga (SRFC) et de Paul Pogba (MUFC) comme priorités du Real Madrid cet été. Ce qui n’est pas le cas de Kylian Mbappé, du moins en 2020. “ Il ne partira pas ”, insiste-t-on en interne, à Paris. Et, bien sûr, cette information est parvenue jusqu’aux oreilles de Zidane et de Perez, lit-on. Le président du Real Madrid n’a pas envie d’entrer en conflit avec al-Khelaïfi. Lié jusqu’en juin 2022, Mbappé se trouvera en position de force en 2021. Il n’a jamais caché que porter les couleurs du Real était un rêve d’enfance. Il sait que s’il prolonge trop vite son contrat, quitter le PSG relèvera de la mission impossible. L’été 2021 sera donc, peut-être, le bon moment pour les trois parties de trouver un accord qui arrange le plus grand nombre. D’ici là, Mbappé devrait bien toujours être parisien.”

Le journal sportif propose le dernier entretien de la semaine avec un ancien joueur brésilien du PSG. L’invité du jour, c’est Maxwell. “Les années 2013 à 2015 étaient les meilleures. On avait un groupe extraordinaire. J’ai apprécié les coéquipiers d’avant mais, ces saisons-là, on avait un effectif mature et uni. On passait des petits-déjeuners, des entraînements, heureux. On sortait souvent ensemble à Paris pour aller au restaurant. C’est cette ambiance là qui me manque aujourd’hui : aller à l’entraînement avec ce groupe, raconte l’ancien latéral gauche. Je trouve qu’en France, nos succès n’ont pas toujours été valorisés à leur hauteur. Avec le recul, je me dis qu’on a quand même fait des choses extraordinaires pendant ces six, sept années. […] C’est un club spécial. Pour la ville de Paris, déjà. C’est fou, l’intensité qu’il y règne au quotidien. Il n’y a pas un jour tranquille. C’est la pression, l’exigence, l’obsession de l’Europe. C’est fou… On est speed. C’est aussi une manière d’apprendre. Dans les autres clubs que j’ai connus, il y a une maturité qu’il n’y a pas encore ici.

Ce vendredi matin, le bureau de la Ligue doit établir par visioconférence des scenarii possibles s’il est impossible de reprendre les compétitions, parler de protocole sanitaire en cas de reprise, évoquer le comex de l’UEFA, et faire un point sur les droits télé non versés par Canal Plus et beIN Sports, et ceux à venir de Mediapro. L’ordre du jour est donc chargé.

La Ligue “croit savoir que le gouvernement va l’autoriser à reprendre les entraînements en clubs le 11 mai, écrit Le Parisien. Ce retour aux terrains se ferait évidemment dans des conditions sanitaires strictes : joueurs testés quotidiennement, isolement des malades, séances par groupes réduits, limitation des contacts sur la pelouse, douches séparées. […] En cas de feu vert de l’Etat, la Ligue 1 reprendrait le 17 juin. Il reste dix journées à boucler, un match en retard pour Strasbourg et le PSG, les deux finales de Coupes nationales, les barrages d’accès entre les différentes divisions. Ce jeudi, l’UEFA a donné deux critères nécessaires pour justifier d’un arrêt des championnats : un ordre gouvernemental et un “problème économique insurmontable”. Or c’est justement pour des motivations essentiellement économiques — finir par toucher l’argent des droits télé (292M€ encore attendus) – que le football français veut absolument reprendre.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée