PSG 7 avril 2020

Revue de presse PSG : Neymar, Kehrer, Choupo-Moting, maillot 82-83, salaires, C1, confinement…

Vu et lu au au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mardi 7 avril 2020.

“En période de confinement, Neymar est toujours abondamment critiqué pour son attitude, avance L’Equipe. Entre sa caricaturale Coupe du monde 2018 et son faux départ du PSG l’été dernier, Neymar a semé les graines d’un certain désamour. Et sa dernière publication sur les réseaux sociaux, où il court pieds nus, ballon au pied, avec ses chiens, ne devrait pas inverser la tendance. Neymar s’entraîne vraiment pour être en forme à la reprise de l’entraînement avec le PSG. Et a donné pour la lutte contre le coronavirus, comme Messi, Cristiano et tant d’autres footballeurs. […] Eduardo Musa, son collaborateur le plus proche de 2010 à 2015, expliquait il y a quelques mois : “Neymar est un chic type, un garçon adorable et généreux, mais l’image qu’il renvoie est exactement l’inverse. Il y a donc un grave problème de gestion et de communication.”

View this post on Instagram

⚽️🐶🐶🐶

A post shared by ene10ta Érre 🇧🇷 👻 neymarjr (@neymarjr) on

“La liste des joueurs du PSG retournés dans leur pays s’est un peu plus allongée ce week-end”, constate le journal sportif avec Eric Maxim Choupo-Moting rentré à Hambourg et Thilo Kehrer, “qui vient d’être papa pour la première fois, dans les environs de Stuttgart”. Sont rentrés aussi au pays (ou assimilé) Neymar, Thiago Silva (Brésil), Bakker (Pays-Bas), Cavani (Uruguay), Navas (Costa Rica), Icardi (Italie). “Le PSG avait recommandé à ses joueurs de rester en région parisienne mais ne s’est opposé à aucun départ.” Enfin, dans L’Equipe, chacun pourra retrouver un récit du départ de Fabrice Fiorèse à l’OM en 2004.

“Ce lundi, les discussions entre partenaires sociaux du football français se sont poursuivies pour aboutir à une diminution collective des rémunérations brutes des joueurs de l’élite, rapporte Le Parisien. Les négociateurs espèrent parvenir à s’entendre d’ici à la fin de semaine. Une démarche analogue est menée par le syndicat des entraîneurs (UNECATEF) pour parvenir à une baisse également. […] un tel geste de la part des Neymar, Mbappé, ou Depay d’un côté, des entraîneurs Tuchel, Garcia ou Villas-Boas de l’autre, aurait en quelque sort valeur d’exemple à l’heure où tous les secteurs d’activité de l’économie française semblent faire des efforts, en vue de la reprise après la pandémie. […] Cet argent serait retranché immédiatement avant d’être reversé de manière rétroactive quand les compétitions vont redémarrer. Mais il faut aussi envisager le pire, comme la fin définitive du Championnat de France.

Si la consigne donnée est d‘achever au 3 août les compétitions nationales, restent les compétitions continentales qui intéressent particulièrement les supporters du PSG avec le final de la Ligue des champions. Il avait déjà été évoqué que celui-ci se déroule en août, en bloc, après la fin des matches domestiques. Le Parisien s’est procuré le procès-verbal de la réunion vendredi dernier du bureau de la Ligue de Football Professionnel. Deux scénarios y figurent. Un redémarrage en parallèle des matches nationaux et européens ou une évolution bloc par bloc, cette option ayant l’avantage de se fondre dans un processus de réouverture des frontières. L’hypothèse d’un final de l’UEFA Champions League entre le 3 et le 31 août existe donc.

France Football désigne le top 50 des maillots de l’histoire du football. On trouve dixième la version 1982-1983 du PSG, celui des deux premiers trophées de son histoire (deux coupes de France). L’hebdomadaire évoque également le confinement des Parisiennes alors “qu’aucun indice ne permet encore de se projeter sur le jour où la vie reprendra véritablement son cours normal. Echouafni essaie de faire abstraction de cette cassure dans la progression de son équipe pour se focaliser sur l’avenir. Mais ce n’est pas simple. “Mars aurait dû être un mois magique… Le contexte sportif était vraiment attrayant, c’était la conséquence d’un immense travail accompli au cours des huit derniers mois. Mais, au regard de ce que l’on vit aujourd’hui, le football n’est rien  ! On joue nos vies, on avance presque au jour le jour, à travers les directives du gouvernement. Bref, le monde a dû vite s’adapter…”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée