boy de la tour

Boy de la Tour (LFP) : “Je n’appelle pas les autres pays à nous suivre”

Jeudi, un Bureau puis un Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel (LFP) ont scellé les saisons de Ligue 1 et de Ligue 2. Cela au milieu de grandes tensions qui perdurent. Olivier Sadran, président du TFC relégué, a déclaré qu’il se réservait le droit de déposer un recours. Bernard Joannin, président d’Amiens, relégué, a prévenu qu’il allait se battre. Jean-Michel Aulas, président de l’OL (7e et non européen), ira chercher des “dommages et intérêts, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de millions d’euros”.

Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP, regrettait hier en conférence de presse ces attitudes dans un contexte exceptionnel. “Le football professionnel n’en ressort pas grandi après les débats. Nous avons des présidents avec beaucoup d’idées et d’ego…”, avait lancé la dirigeante de la Ligue.

Ce vendredi matin, Nathalie Boy de la Tour, s’est exprimée sur Europe 1 pour apaiser ce petit monde. “C’est difficile de trouver une solution, il n’y a pas de bonne solution, il y a des gagnants et des perdants. C’est la beauté et la cruauté du football. C’est la moins mauvaises des solutions. Il fallait mettre fin à ce manque de visibilité, nous devions poser un cadre. Des recours ? Nos décisions sont solides juridiquement. Des recours, il y en aura certainement. Qu’ils les fassent. Toutes les décisions sont compliquées. Normalement on a 40 clubs clubs qui se départagent sur 38 journées. Il y a un vide dans les statuts face à ce cas exceptionnel. Un appel pour que les autres Ligues (européennes) fassent comme la L1 ? Je ne les appelle pas à nous suivre, chaque cas est particulier. La crise sanitaire donne le la dans chaque pays. Quid des finales de coupes ? On reste humbles, on ne connaît pas la situation à venir. On aimerait retrouver le chemin des stades début août mais il faut rester humbles. Les droits télé ? Canal Plus ne paiera pas, ils ont résilié leur contrat pour cas de force majeure. L’impact sera important. Notre priorité est économique, notamment en matière de trésorerie. Revoir le modèle ? Nous avons confiance en notre modèle, en nos diffuseurs (Mediapro, Canal Plus, beIN, Free), on se concentre sur la prochaine saison pour qu’elle se passe du mieux possible. La LFP visée par des présidents de clubs ? Le spectacle continue, c’est formidable pour les médias… Confinés, les esprits s’échauffent, avec cette pression sur les épaules, je les excuse. Mais je pense à nos supporters, on en parle pas assez à mon sens. Je voudrais plus humilité, la santé doit rester prioritaire.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée