Diané : “Ce match à Sochaux a été gagné par une équipe, un groupe et grâce aux supporters”

Il y a douze ans, le PSG se maintenait en Ligue 1 lors de l’ultime journée de la saison 2007-2008. En déplacement à Sochaux, les Parisiens ont pu remercier Amara Diané, auteur d’un doublé (2-1) permettant ainsi au club de la capitale de rester dans l’élite du football professionnel. Lors d’un live Instagram avec le supporter parisien – Sabri Parisien ou Rien – l’ancien des Rouge et Bleu (2006-2008) est revenu sur cette rencontre au Stade Auguste-Bonal.

“On avait beaucoup de pression. Les supporters venaient nous voir toutes les semaines à l’entraînement, donc on savait ce qui se passait (…) À un moment donné quand tu rentres sur le terrain, tu essayes de faire abstraction de tout ce qui se passe autour et tu essayes de donner le meilleur de toi-même. Mais comme je le dis et le répète, ce match a été gagné par une équipe, un groupe et grâce aux supporters (…) Moi, j’ai beaucoup été soutenu par l’équipe et plus par Pedro Pauleta car ça faisait quelques temps qu’on jouait ensemble. On avait déjà commencé à se comprendre dans le jeu.”

De plus, Amara Diané a mis en avant la solidarité du groupe parisien lors de cette rencontre capitale à Sochaux. “Il faut applaudir toute l’équipe car sans eux, je n’aurais pas pu faire ça. On l’a fait ensemble. On avait vraiment été soutenu par les supporters. C’est vraiment un jour inoubliable. Le plus beau souvenir de ta vie de footballeur ? Oui, dans le football, il y a d’abord la pression et chaque match a sa vérité. C’était le match de notre vie. Je me rappelle d’une phrase que Pedro m’avait dit : ‘Amara, je vais arrêter mais je ne veux pas sortir la tête basse. Je souhaite sortir sur une bonne note’ (…) Comme je l’ai dit, j’ai toujours été Parisien et je vais mourir Parisien.”

Enfin, Amara Diané a notamment expliqué l’importance de Pedro Miguel Pauleta au sein du groupe parisien.“Si tu ne t’entends pas avec un mec comme Pedro, c’est que tu n’as vraiment rien compris parce qu’il est humble, très gentil et serviable, ça se voyait déjà sur le terrain. Il était le capitaine et parfois il dépassait même son rôle, il donnait des conseils (…) On lui doit vraiment beaucoup, il a fait beaucoup pour le club et il a aussi beaucoup fait pour nous. Je le remercie encore une fois.”

À propos Murvin Armoogum