paredes

Leandro Paredes explique à quel point le vestiaire du PSG est génial

Coupé comme le PSG dans son élan après le 11 mars synonyme de qualification pour les quarts de finale de l’UEFA Champions League, Leandro Paredes (25 ans) attend d’être convoqué pour retourner au camp des Loges. Mais il sait que si les adversaires européens jouent en championnat et pas le PSG, ce sera un “handicap”. C’est ce que le milieu de terrain a expliqué à TNT Sports. Comme beaucoup d’autres choses.

Le vestiaire du PSG

Leo Paredes : “Quand je suis arrivé dans le vestiaire du PSG la première fois, cela a été dingue, je me suis dit “mais où j’arrive”. C’était difficile. Maintenant c’est comme être avec des amis au quotidien. J’en profite beaucoup. Ce sont des personnes incroyables, des gens qui profitent de la vie, de l’entraînement, du jeu. La vérité, c’est que c’est un ensemble de joueurs et de personnes incroyables. Neymar ? C’est comme pour Messi, les gens se créent une image, mais il est très humble. Je suis heureux des les connaître tous les deux. J’espère les avoir comme partenaires encore longtemps. S’ils me surprennent encore sur le terrain ? Oui, Leo, Ney, mais aussi Mbappé et Verratti… il me surprend beaucoup avec son jeu. J’apprends tous les jours ici.”

Son onze idéal

Leandro Paredes a choisi :  Keylor Navas – Dani Alves, Rolando Schiavi, Marquinhos, Ashley Cole – Fernando Gago, Marco Verratti – Leo Messi, Juan Román Riquelme, Neymar -Francesco Totti.

Poste de sentinelle

“Je suis arrivé à Empoli un vendredi, et dimanche j’ai fait mes débuts contre le Napoli. Le lendemain, l’entraîneur m’a dit qu’il voulait de moi en n°5 (sentinelle) parce qu’il voulait un joueur de mes caractéristiques dans cette position. J’ai aimé ça, beaucoup, dès le premier jour et de là je n’ai plus quitté le poste. Je n’avais jamais joué dans cette position, je n’avais jamais pensé jouer 5. Auparavant, j’ai toujours joué dos au jeu, avec peu d’espaces, maintenant je suis face au jeu, c’est beaucoup plus libre pour mon jeu. Mais maintenant, je dois courir plus, bien sûr (rires). Mon père m’a toujours dit que je jouerai 5 et je lui avais dit qu’il était fou, mon représentant pareil. En 2011, un dirigeant de la Juventus a voulu m’acheter pour être le remplaçant de Pirlo. Mon représentant lui a dit qu’il était fou, que je ne pouvais pas jouer en 5 et je suis resté à Boca. Deux ans plus tard, j’ai fini par jouer à 5…”

Boca

“Il me reste quatre ans ici. Je vais bien, serein, et je passe de bon moments. Je suis très jeune et je suis tranquille sur le sujet, je sais que j’ai envie de retourner à Boca à un moment. Et Cavani ? Honnêtement, je ne sais pas (s’il va à Boca), je n’ai pas parlé du sujet avec lui car deux mois se sont écoulés sans qu’on se voit, il est en Uruguay et nous n’avons pas reparlé du sujet. Quand nous en avions parlé il aimait l’idée d’aller à Boca… c’est difficile mais j’espère. J’adorerais qu’il joue à Boca.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters